Accéder au contenu principal

Chronique Passenger tome 1 de Alexandra Bracken

Milan
478 pages
17€90

Résumé:

New York 2016
Londres 1940
Angkor 1685
Paris 1880
Damas 1599

Etta et Nicholas n'auraient jamais dû se rencontrer:
elle, une jeune New-Yorkaise de 2016;
lui, un fils d'esclave vivant au XVIIIe siècle.
Pourtant, les voilà projetés ensemble dans les couloirs 
du temps à la recherche d'un mystérieux astrolabe.
Une quête périlleuse. Une idylle impossible.

Mon avis:
15/20

     Henrietta Spencer est une jeune New-Yorkaise, virtuose du violon, qui s'apprête à donner une représentation importante sous les yeux de sa mère et sa professeur de violon. Néanmoins, entre les démonstrations d'affection peut coutumières de la part de sa mère et une conversation épiée de derrière une porte, cette soirée commence bien mal pour Etta. Et ce n'est que le début : entre bruits assourdissants, meurtre et humiliation, Etta se retrouve propulsée dans une autre époque sans savoir comment. Entourée de personnes toutes plus intrigantes les unes que les autres, les questions fourmillent dans sa tête et ni Sophia ni Nicholas ne semblent bien disposés à répondre à ces interrogations. Mais comme il semblerait qu'elle soit la seule en mesure de retrouver un objet d'une très grande valeur et qu'elle n'envisage même pas une seconde de le remettre à la famille Boisdefer, elle décide de prendre cette quête en main... seule, enfin c'était sans compter Nicholas. Bonds dans le temps, énigmes à résoudre, action et rebondissements attendent nos deux personnages dans une course contre la montre palpitante.

     Petit point futil pour commencer : la couverture ! Je tire mon chapeau aux personnes qui l'ont imaginée et réalisée, elle est superbe et du coup je suis carrément trop heureuse qu'elle ait été conservée par les éditions Milan. Bref, un joli contenant ne fait pas tout, si le contenu ne suit pas, ça ne sert à rien. À ce niveau-là, je suis un peu mi-figue mi-raisin, j'ai trouvé pas mal de points positifs à ce roman mais tout n'est pas parfait et j'ai même tendance à penser que j'aurai dû lire ce livre en VO, il m'aurait sûrement plus plu. Je pense qu'il m'a manqué un peu de profondeur dans ce roman, plus de relief aussi mais en globalité j'ai passé un bon moment et c'est déjà pas mal.

     Commençons tout de suite avec les petites choses qui fâchent. Tout d'abord, j'ai un petit souci avec le style d'écriture de l'auteur je pense (ou avec la traduction, je ne sais pas), puisque j'ai trouvé l'intégralité du roman trop homogène en terme d'écriture mais aussi d'émotions. Clairement, l'auteur met en place des choses qui doivent faire ressentir des émotions mais la connexion ne s'est pas très bien faite avec moi. Résultat, cela a eu un impact sur toute ma lecture, je l'ai survolée, sans trop m'attacher et en ayant l'impression de louper quelque chose et c'est vraiment dommage parce que, ce point mis à part, le reste est vraiment bien ! L'écriture est fluide, souple et vraiment aisée : tout ce qu'on attend d'un roman young adult. Passenger se lit ultra rapidement et pourtant il m'a manqué quelque chose d'essentiel pour donner une "âme" à cette lecture.

     Peut-être aussi que ce sentiment est dû au fait que la mise en place de l'univers, des personnages et surtout de l'intrigue soit assez longue. Pourtant, je n'ai rien contre les mises en place longues, c'est un premier tome, c'est normal mais cela joue peut-être sur le rapport entre le nombre de pages de découverte du roman et le nombre de pages durant lesquelles il est censé y avoir de l'action, de l'émotion et donc de l'attachement. Peut-être que ce roman est juste un peu mal proportionné à mon goût et que je ne l'ai ressenti qu'après coup? En tout cas, il n'empêche que j'ai bien apprécié la mise en place pendant ma lecture, elle est juste assez longue pour placer les personnages clés et entrer dans le vif du sujet avec un peu d'action. Le roman commence plutôt bien même si l'action se tasse un peu avant la découverte du fil conducteur de la duologie, rien de catastrophique pour moi, cela permet de développer les personnages et l'univers.

     L'univers est d'ailleurs le plus gros point positif de cette lecture. J'ai vraiment adoré la façon dont l'auteur l'a construit et celle avec laquelle elle nous le développe. Au début, comme Etta, nous sommes plutôt perdus, il faut composer avec une époque bien différente de celle à laquelle nous sommes habitués, avec ses us et coutumes et par-dessus tout ça, il faut aussi se familiariser avec l'univers des voyageurs, encore plus complexe. J'ai vraiment trouvé que Alexandra Bracken a su étoffer son univers, le penser, pour le rendre aussi plausible que possible et éviter toute facilité pour régler les problèmes dans le passé des personnages. Si à la fin du premier tome, pendant un instant, j'ai pensé qu'elle se mettait des bâtons dans les roues toute seule, j'ai quand même été bluffée par la manière dont elle a su ajouter une nouvelle dimension à son univers. Je suis vraiment admirative de cet univers, j'ai adoré et j'ai vraiment hâte de voir comment Alexandra Bracken va encore pouvoir le développer au cours du second tome.

     Comme je l'ai dit, la mise en place est assez longue bien que vraiment utile et intéressante à lire, il n'empêche que cela empêcher l'intrigue de décoller rapidement. D'accord, c'est réaliste mais pour certains lecteurs, ça peut être un peu longuet. Bref, pour moi, l'arrivée à destination s'est faite à point nommé et j'ai été vraiment prise dans l'intrigue. On découvre de nouveaux personnages qui s'inscrivent parfaitement dans le décor et dans l'univers, on se pose mille et une questions à propos de l'objet central de l'intrigue et au final, on a qu'une envie : découvrir la suite de l'histoire. Comment tout ceci va-t-il évoluer? Par quoi Etta et Nicholas devront-ils passer? Arriveront-ils à leur but? Et après? J'ai vraiment été happée par l'intrigue et la façon dont elle est construite. L'idée des énigmes à résoudre est intéressante bien qu'Etta et Nicholas trouvent parfois la solution un peu trop facilement à mon goût mais bon, je peux passer outre ce point.

     Puisqu'il est question des personnages, il est temps que je vous dise ce que j'ai pensé d'eux. Etta m'a assez plue. Elle est courageuse, pleine de ressources et elle a vraiment de la suite dans les idées, c'est un personnage fort, intelligent et qui a du caractère. Néanmoins, je lui ai largement préféré Nicholas : c'est le personnage charismatique du duo, il a des failles, des faiblesses mais cela ne lui empêche pas de savoir quand et comment agir en cas de besoin. Je l'ai beaucoup aimé et j'espère, je pense même, qu'il devrait prendre une plus large place dans le second tome, pour mon plus grand plaisir. Leur duo fonctionne vraiment très bien, sans excès, ils s'accordent vraiment très bien. J'ai adoré cette osmose entre eux qui s'installe très rapidement et j'ai hâte de voir comment Alexandra Bracken va faire évoluer tout ça dans la suite.
     Concernant les autres personnages, ils sont très bien approfondis eux aussi. J'ai détesté Sophia de A à Z même si, malgré elle, elle m'a parfois fait rire. En tout cas, plus les pages défilent, moins j'ai ri lors des interventions de ce personnage, je vous laisse découvrir pourquoi. J'espère pouvoir trouver autre chose en elle lors du prochain tome. Il y a aussi Cyrus, que l'on voit peu et dont l'histoire personnelle sert de base à cette intrigue. Comme Sophia, j'ai ressenti beaucoup d'antipathie à son égard. Et enfin, il y a la mère d'Etta, qui m'a parfois beaucoup déçue. Je la trouve beaucoup trop détachée par rapport aux évènements qui arrivent à fille. Ce n'est pas crédible et elle m'a vraiment souvent fait hausser les sourcils d'incrédulité.

     S'il y a donc du bon et du moins bon au niveau des personnages (heureusement vous me direz, ça permet d'étoffer un peu le tout), le rythme du récit, lui, est très bien travaillé et pensé. Au fil des pages, l'action est de plus en plus présente et cette impression est encore plus présente grâce aux nombreux sauts dans le temps qu'Etta et Nicholas effectuent. D'ailleurs, j'avoue avoir adoré cet aspect du récit, on ne reste pas en place trop longtemps, ça bouge tout le temps, on découvre de nouveaux décors rapidement et ça m'a aidé à rester encore plus captivée. Les rebondissements sont présents, l'action aussi et quelques scènes d'émotions étoffent le tout grâce à la relation particulière du duo Etta/Nicholas. Franchement, je n'ai pas vu le temps passer, je ne me suis pas ennuyée une seconde, le rythme est vraiment maîtrisé du début à la fin mais justement, sachant que les personnages ont très peu de temps pour venir à bout de leur quête, ça a peut-être été un peu trop vite pour que je m'implique vraiment auprès des personnages.

     Du coup, arrivée au niveau du superbe retournement de situation final, l'explosion d'émotions qu'il aurait dû engendrer n'a pas eu lieu chez moi. L'action est vraiment très bien menée, il n'y a pas à dire, je ne m'attendais pas à ce que Alexandra Bracken puisse faire ça à ses personnages mais au final, la grande majorité des émotions que j'ai pu ressentir vont à Nicholas, qui doit encore faire face à une épreuve, et moins à Etta, qui doit pourtant composer avec une mère assez froide dans un tel moment. En tout cas, cela n'empêche pas que le cliffhanger final est surprenant et qu'il met l'eau à la bouche! Tout est encore plus énigmatique qu'au début de l'histoire et ce final, à la limite du catastrophique, ne peut que donner envie de savoir comment tous nos personnages vont s'en sortir!

Les +: une mise en place assez rapide, un univers ultra intéressant, une intrigue bien ficelée, de l'action, beaucoup de rebondissements pour un roman qui se dévore, un cliffhanger final surprenant
Les -: il m'a manqué cette petite étincelle pour en faire une très bonne lecture et pour que je m'attache beaucoup plus aux personnages, manque de profondeur, quelques facilités

     En conclusion, mon avis sur Passenger, premier tome d'une duologie (si je ne dis pas de bêtises), est un peu en demi-teinte mais malgré quelques points négatifs qui rendent la lecture trop peu profonde à mon goût, l'ensemble est vraiment sympa et satisfaisant. Les personnages sont très hétérogènes mais Etta et Nicholas sont assez attachants pour que l'on ait envie de les suivre dans leurs aventures dans cet univers plus que palpitant. J'ai adoré les changements d'époque rapides et ce qui les accompagne : les énigmes à résoudre. Le rythme est vraiment très bon même si quelques facilités se glissent dans le récit et la plume de Alexandra Bracken, très fluide, aide vraiment à dévorer ce roman bien qu'elle soit un peu trop lisse à mon goût. L'intrigue générale ainsi que les petites intrigues annexes, propres à chaque personnages, sont vraiment très bien pensées et très bien structurées jusqu'à la fin de ce premier tome. En bref, malgré un manque certain d'émotions ressenties de ma part, j'ai passé un bon moment et je compte bien lire le second tome pour découvrir la fin des aventures de nos personnages. 

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Merci de votre visite :) si je ne réponds pas à tous les commentaires, je les lis tous, alors merci :) et à bientôt :)

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique La dernière étoile, tome 3 de La 5ème Vague de Rick Yancey

Robert Laffont collection R 418 pages 17€90
Résumé: À L'AUBE DE LA 5e VAGUE...
Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu'elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver...
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d'humains qui peuplaient notre planète. Trahis par les Autres, et maintenant par eux-mêmes. En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime: sauver leur peau... ou sauver ce qui les rend humains.
Mon avis: (Attention, La dernière étoile est le troisième et ultime tome de la trilogie La 5ème Vague. Si vous souhaitez éviter tout spoiler concernant les tomes précédents, je vous conseille de lire ma chronique du premier tome La 5ème vague ou ma chronique du deuxième tome La mer infinie.)
18,5/20 Presque un coup de coeur
     La stratégie d'attaque des Autres, pensée depuis de très nombreuse…

Chronique The Mortal Instruments - Les Origines tome 3 La Princesse Mécanique

PKJ 604 pages 18€15
Résumé:
Tessa devrait être heureuse. N'est-elle pas sur le point de se marier? Pourtant, alors qu'elle se prépare pour la cérémonie, l'étau se resserre autour des Chasseurs d'Ombres. Un nouveau démon est apparu, intimement lié au Magistère, l'homme qui a prévu de détruire les Chasseurs. Il ne lui manque plus qu'un seul élément pour parfaire son armée d'automates sans pitié: Tessa. Mais, avant de mettre la main sur elle, il devra affronter Will et Jem, prêts à tout pour protéger l'élue de leur coeur...

Mon avis:
(Attention: La Princesse Mécanique est le troisième tome de la trilogie préquel, Les Origines, de The Mortal Instruments. Pour éviter tout spoiler, je vous conseille de lire mes chroniques des tomes précédents: L'Ange Mécanique et Le Prince Mécanique.)


20/20 Coup de coeur

     Depuis son arrivée à Londres, Tessa a mûrit, elle a grandit, elle a apprit énormément de choses à son sujet ainsi que concernant la réalité du monde q…

Chronique The Book of Ivy tome 2 The Revolution of Ivy d'Amy Engel

Lumen 322 pages 15€00
Résumé: J'ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L'homme que j'aime.
Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d'attendre que la faim et la soif aient raison de moi. Ou bien qu'une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant... Mais je refuse d'abandonner. J'en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d'agir, enfin.
Bishop me l'avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà de la barrière, c'est encore pire. L'hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l'eau, des vivres, un abri. D'autres condamnés avec lesquels m'allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix: dois-je oublier ma vie d'avant, me venger de ceux qui m'ont trahie... ou mener, purement et simplement, la révolution?
Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.
Deuxième et dernier tome de la série The Bo…