Accéder au contenu principal

Chronique 1984 de George Orwell

Folio
391 pages
8€80


Résumé:
"De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait. Il y en avait un sur le mur d'en face. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule comptait la Police de la Pensée."

Mon avis:
16/20

     Winston Smith habite l'Océania, grande puissance mondiale perpétuellement en guerre avec l'Estasia... ou l'Eurasia. La société composant l'Océania est constamment surveillée, jour et nuit. Chaque action et même chaque pensée est scrutée et gare à ceux qui ne pensent pas comme ils le devraient, la Police de la Pensée veille et personne n'est à l'abri. Jour après jour, Winston voit ses pensées dévier et des questionnements germer dans son esprit. Une envie de lutter contre Big Brother, cette entité qui permet de faire pression et d'asservir chaque être humain, nait en lui. Et si d'autres pensaient comme lui, s'ils étaient plus nombreux qu'ils ne le pensent? Mais le danger rôde, et s'il n'y prends pas garde, Winston pourrait bien... disparaitre. Attention, Big Brother is watching you. 

     1984 de George Orwell est vraiment un incontournable de la littérature mais pourtant je ne m'étais jamais attardé sur ce roman. Je ne sais pas du tout pourquoi je n'ai eu envie de le lire plus tôt ni pourquoi, finalement, j'ai eu une subite envie de l'acheter, sur un coup de tête, et de le dévorer mais c'est en tout cas chose faite. En bonne amatrice de science-fiction (pourtant très réaliste dans le cas de 1984), j'ai globalement beaucoup aimé ma lecture. Ce roman culte m'a permis de passé un excellent moment et, je l'avoue, de beaucoup réfléchir. Si, dans sa globalité, j'ai adoré ce roman, certains petits détails m'ont chiffonnée, ont rendu ma lecture moins bonne qu'elle aurait pu l'être et je compte bien vous faire part de tout mon ressenti à ce sujet.

     Commençons par un point extrêmement positif (avant de passer aux détails qui fâchent), j'ai vraiment été scotchée par la plume de George Orwell, la fluidité et la beauté des mots sont vraiment la base même du roman. Il n'y a pas à dire, les romans classiques ont vraiment ce petit supplément de magie dans les mots, qui confèrent au roman une grandeur à nulle autre pareille. J'ai vraiment adoré déguster ces pages si bien écrites et je pense que c'est exactement ce dont j'avais besoin au moment où je l'ai lu. Les pages défilent rapidement, simplement et avec énormément de fluidité, à tel point que l'on peut vraiment dire que 1984 est un page turner! Si vous avez une après-midi de libre, il n'y survivra certainement pas, ce qui en dit long sur la qualité de l'écriture de l'auteur mais aussi sur son imagination.

     En effet, George Orwell parvient à mettre en place un univers vraiment unique en son genre! Ce n'est pas pour rien que Big Brother est aussi connu, c'est parce qu'il est l'élément central de 1984, la clé de voute d'une société totalement sous contrôle, à toute heure du jour et de la nuit. Ce qui, bien sûr, favorise le développement d'une atmosphère tendue à souhait, car chaque geste, chaque pensée et même chaque expression du visage est scruté  et analysé. L'univers de 1984 va même plus loin avec un passé, une histoire qui, même si elle finit par être confuse à cause des manipulations, reste très dense, très riche et vraiment très bien documenté, de telle sorte que l'on ne peut qu'être totalement plongé dans l'histoire et avoir l'impression "d'y être". J'ai adoré cet univers ultra complexe et ultra développé que l'on découvre progressivement ainsi que toute l'ambiance tendue qu'il provoque; néanmoins, il est aussi la cause d'un des points un peu négatif qui m'a légèrement embêtée et qui pourrait gêner certains lecteurs.

     Je parle des très nombreuses longueurs dans le récit que la mise en place de cet univers immense engendre. Alors au début, c'est normal de découvrir tout ça lentement grâce à la vision de Winston mais au bout d'un moment j'ai vraiment commencé à me demander quand l'action allait vraiment s'installer. Cependant, je comprends parfaitement que tout ceci soit nécessaire non seulement à la mise en place de l'univers et des personnages mais aussi au développement de de cette atmosphère si spéciale mais j'ai quand même fini par trouver cela un peu longuet alors je préfère vous prévenir. Selon moi, ce récit peut être divisé en deux moitiés rythmées différemment mais en trois parties au niveau de l'action et des évènements qui s'y déroulent.

     La première moitié du récit représente donc pour moi cette première partie, un peu longue vous l'aurez compris, pendant laquelle nous faisons la connaissance de tous les personnages clés et qu'absolument tout doit se mettre en place. Pendant ma lecture, j'ai beaucoup aimé découvrir tout ceci, la vie de ces personnages et leurs histoires mais, avec du recul, je pense que c'est peut-être la partie que j'ai le moins aimé par rapport à la suite du récit. En effet, cette partie est très peu riche en actions et il ne s'y passe que peu d'évènement marquant. Par contre, niveau réflexion cette première moitié du livre n'a rien à envier à la seconde. On ne peut vraiment que se demander ce que l'on ferait si l'on se trouvait dans la position de Winston, quels choix nous ferions et comment nous tenterions de survivre. Cela permet aussi de se poser certaines questions sur notre vie moderne, les réseaux sociaux, la surveillance, etc. et j'ai beaucoup aimé cet aspect d'introversion permis par ce roman. Cette première partie est donc vraiment bonne, je ne dis pas que je n'ai pas aimé au contraire, mais le manque d'action se fait ressentir et George Orwell a su renouveler son récit par la suite, ce que j'ai encore plus aimé.

     Continuons avec le dernier point qui m'a posé problème au cours de ma lecture: les personnages. Je ne me suis pas du tout attachée à Winston, le personnage principal, que l'on suit pourtant de A à Z dans le roman. C'est vraiment dommage parce que je pensais vraiment m'y attacher plus mais il m'a complètement laissée de marbre; bon, sauf vers la fin où j'ai vraiment eu peur pour lui, mais ce n'est clairement pas suffisant. En fait, le plus gros souci, selon moi, vient du fait que pendant la plus grosse moitié du récit, il n'est pas vraiment acteur du roman, il subit, il nous explique et nous raconte ce qu'il vit mais il n'agit pas, ce qui ne contribue vraiment pas à la rendre attachant. Après ce n'est pas un mauvais personnage, il est complexe et très intelligent, il réfléchit beaucoup et cet aspect m'a beaucoup plu.
     Quant aux autres personnages, ce n'est pas mieux, je n'ai ressenti aucune empathie pour eux. La façon d'agir de Julia m'a agacée et au final, le seul que j'ai trouvé à peu près normal et qui m'a bien surprise, c'est le vieux monsieur qui possède le magasin d'antiquité (impossible de retrouver son nom, ni même si on le connaît). J'ai été complètement manipulée, renversée, chamboulée par O'Brien, c'est bien le personnage qui m'a fait le plus ressentir d'émotions! J'ai vraiment fini par le détester et c'est plutôt un bon point pour le récit je dois dire. Sinon, j'aurai beaucoup aimé en savoir plus sur Big Brother, même si cette absence de renseignement fait partie de la "magie" du récit.

    Heureusement, nouveau point positif, toute la deuxième moitié du récit (et principalement ce que je considère comme étant les deuxième et troisième parties) est donc beaucoup plus rythmée que le début de l'histoire. Winston est plus courageux et est confronté à des choix, des évènements de plus en plus durs et touchants. Pourtant, cela ne me l'a pas rendu beaucoup plus sympathique, mais passons. Le rythme est donc un peu plus entraînant, l'angoisse monte rapidement, ce qui nous fait tourner les pages d'autant plus rapidement. L'action et un déferlement d'émotions sont donc bien présents dans cette seconde moitié du livre et l'aspect un peu "huis clos" de la troisième partie avait vraiment tout pour me plaire, je me suis régalée. De plus, George Orwell enchaîne les rebondissements et les retournements de situation, pour le plus grand plaisir du lecteur à mon avis, mais aussi pour le mener en bateau et pouvoir, par la suite, lui mettre une baffe magistrale avec les dernières pages de son récit.

     C'était en tout cas certainement l'effet attendu avec ce twist final mais ça n'a pas fait mouche avec moi. Alors oui, dans les derniers chapitres la tension est à son comble, et j'ai enfin tremblé avec Winston mais la toute fin m'a laissée mi-figue mi-raison. J'attendais certainement autre chose mais en tout cas pas cette fin trop ouverte et floue à mon goût, ou alors, j'aurai aimé en savoir plus sur ce qu'il arrivera à Winston après. Ce n'est plus un secret pour personne, je n'aime que très rarement les fins ouvertes, et là encore, ça ne le fait pas avec moi. Tant pis, je ne suis pas comblée mais ça ne gâche en rien le fait que j'ai passé un très bon moment plein de réflexion avec ce livre, que je ne regrette absolument pas d'avoir lu. Néanmoins, cette fin a  très certainement aussi contribué à faire de 1984 ce grand classique de la littérature, connu de tous, et pourrait plaire au plus grand nombre alors: lisez-le!

Les +: très belle plume, atmosphère pesante très addictive, deuxième moitié de récit riche en actions et en rebondissements, page turner qui fait réfléchir sur les dérives de la société
Les -: je ne me suis que très peu attachée aux personnages, des longueurs au début, la fin

     1984 est donc sans conteste un roman que tout amateur de science-fiction, même de dystopie ou de littérature en général, ce doit d'avoir lu. J'ai vraiment passé un excellent moment globalement et même si certains petits points totalement subjectifs m'ont un peu embêtée, je vous conseille à 100% de lire ce roman une fois dans votre vie. La plume de George Orwell est vraiment parfaite et sert de pilier à un récit très fort, autant au niveau de son univers que de l'histoire qu'il raconte. L'univers est pesant, dur et en même temps tellement addictif, qu'il confère au roman une ambiance très spéciale et pleine de réflexions qui a su me happer totalement. Le récit en lui-même - avec un début un peu lent sur la mise en place de l'univers et des personnages mais une deuxième partie pleine d'actions et d'émotions variées - m'a quand même subjuguée, je n'ai vraiment pas vu le temps passer et j'ai dévoré ce roman. Néanmoins, quelques longueurs peuvent se faire ressentir à certains moments de la lecture et, personnellement, je ne me suis absolument pas attachée aux différents personnages que nous côtoyons au fil des pages. De plus, la fin m'a laissée extrêmement mitigée et c'est dommage.
     En quelques mots, je vous conseille vraiment de lire 1984, ne serait-ce que pour votre culture personnelle mais aussi parce que c'est vraiment un bon roman. J'espère qu'il vous plaira au moins autant qu'à moi, si ce n'est plus. 

Commentaires

  1. Un roman en effet très intéressant à plus d'un titre, bien que certains passages soient un peu lourds.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup cette chronique et votre style ! 1984 est en tous cas un monument littéraire à ne pas rater !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai beaucoup aimé ce roman, mais je lui ai préféré, dans le même, genre Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. Je ne sais pas si tu connais, mais je te le recommande, le personnage principal, Montag est plus attachant et la fin est très belle. Merci pour cette chronique détaillée.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci de votre visite :) si je ne réponds pas à tous les commentaires, je les lis tous, alors merci :) et à bientôt :)

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique La dernière étoile, tome 3 de La 5ème Vague de Rick Yancey

Robert Laffont collection R 418 pages 17€90
Résumé: À L'AUBE DE LA 5e VAGUE...
Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu'elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver...
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d'humains qui peuplaient notre planète. Trahis par les Autres, et maintenant par eux-mêmes. En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime: sauver leur peau... ou sauver ce qui les rend humains.
Mon avis: (Attention, La dernière étoile est le troisième et ultime tome de la trilogie La 5ème Vague. Si vous souhaitez éviter tout spoiler concernant les tomes précédents, je vous conseille de lire ma chronique du premier tome La 5ème vague ou ma chronique du deuxième tome La mer infinie.)
18,5/20 Presque un coup de coeur
     La stratégie d'attaque des Autres, pensée depuis de très nombreuse…

Chronique The Book of Ivy tome 2 The Revolution of Ivy d'Amy Engel

Lumen 322 pages 15€00
Résumé: J'ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L'homme que j'aime.
Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d'attendre que la faim et la soif aient raison de moi. Ou bien qu'une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant... Mais je refuse d'abandonner. J'en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d'agir, enfin.
Bishop me l'avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà de la barrière, c'est encore pire. L'hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l'eau, des vivres, un abri. D'autres condamnés avec lesquels m'allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix: dois-je oublier ma vie d'avant, me venger de ceux qui m'ont trahie... ou mener, purement et simplement, la révolution?
Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.
Deuxième et dernier tome de la série The Bo…

Chronique The Mortal Instruments - Les Origines tome 3 La Princesse Mécanique

PKJ 604 pages 18€15
Résumé:
Tessa devrait être heureuse. N'est-elle pas sur le point de se marier? Pourtant, alors qu'elle se prépare pour la cérémonie, l'étau se resserre autour des Chasseurs d'Ombres. Un nouveau démon est apparu, intimement lié au Magistère, l'homme qui a prévu de détruire les Chasseurs. Il ne lui manque plus qu'un seul élément pour parfaire son armée d'automates sans pitié: Tessa. Mais, avant de mettre la main sur elle, il devra affronter Will et Jem, prêts à tout pour protéger l'élue de leur coeur...

Mon avis:
(Attention: La Princesse Mécanique est le troisième tome de la trilogie préquel, Les Origines, de The Mortal Instruments. Pour éviter tout spoiler, je vous conseille de lire mes chroniques des tomes précédents: L'Ange Mécanique et Le Prince Mécanique.)


20/20 Coup de coeur

     Depuis son arrivée à Londres, Tessa a mûrit, elle a grandit, elle a apprit énormément de choses à son sujet ainsi que concernant la réalité du monde q…