Accéder au contenu principal

Chronique Les Décharnés: Une lueur au crépuscule de Paul Clément

Auto-édité
319 pages
12€99

Résumé:
Une journée de juin comme une autre en Provence. Blessé à la cheville, Patrick, un agriculteur de la région, asocial et vieillissant, ne souhaite qu'une chose: se remettre au plus vite pour retrouver la monotonie de sa vie, rythmée par un travail acharné.

Mais le monde bascule dans l'horreur lorsque les automobilistes, coincés dans un embouteillage non loin de chez lui, se transforment soudain en fous assoiffés de sang... de sang humain. S'il veut survivre, Patrick doit non seulement faire face à ces démons qui frappent à sa porte mais aussi à ceux, plus sournois, qui l'assaillent intérieurement. Et si cette petite fille, qu'il prend sous son aile, parvenait à le ramener, lui, vieux loup solitaire, dans le monde des vivants?

Mon avis:
(Tout d'abord, je tiens à remercier l'auteur, Paul Clément, qui m'a contactée pour lire et faire la chronique de son premier roman, sans qui je serais passer à côté de cette pépite - française! - du genre. Vous pouvez le retrouver sur son site auteursa page Facebookson compte Twitter et sur son blog)

18,5/20
Presque un coup de coeur

     Patrick, c'est l'archétype même de l'agriculteur bourru, solitaire, coincé au fond de sa campagne, dans ses champs et qui s'en accommode très bien. Et même plus: il ne souhaiterait pour rien au monde que sa vie bien réglée soit bouleversée. Pourtant, il était très loin d'imaginer ce qu'il va lui arriver. Sa vie ne va pas simplement être bouleversée, elle va exploser en lambeaux, tout comme ses certitudes et tout ce qui régit normalement la nature humaine. Dans ce nouveau monde, plus aucune loi n'a de raison d'être et dire que tout part en vrille est un euphémisme. Alors quand il se retrouve coincé au premier étage de sa maison avec une fillette, sauvée par bonté d'âme, dont il ignore jusqu'au nom, Patrick sait que son avenir n'a jamais été plus incertain. Il va désormais falloir se battre pour survivre, se battre contre ces créatures mortelles, contre des Hommes hostiles, mais aussi contre soi...

     Vous aimez les histoires de zombies? Vous aimez l'action, l'angoisse et l'incertitude qui règnent dans ce genre de romans? Vous aimez être étonnés par des personnages et ne rien pouvoir prévoir de la fin d'une histoire? Vous aimez lire les récits d'un auteur français? Si vous avez répondu oui à ces questions: Les Décharnés est vraiment fait pour vous. Il est vrai que je n'ai pas lu énormément de livres de zombies, mais celui-ci se place indubitablement dans le haut du classement de mes lectures zombiesques préférées. Paul Clément a vraiment fait un énorme travail sur ce roman et ça se sent, tout est millimétré, tout est étudié pour ravir le lecteur et j'y ai vraiment été sensible. C'est simple, c'est pratiquement un sans faute pour moi, j'ai tout adoré, de l'atmosphère du récit à la plume de l'auteur en passant par les différents rebondissements et les personnages, mon verdict est donc sans appel: ce roman est un régal, qui saura séduire les adeptes de ce type de lectures.

     Le premier bon point à relever concerne les toutes premières pages du récit. L'auteur a fait le choix, extrêmement judicieux, de ne pas s'appesantir sur la mise en place de son intrigue. Tout démarre extrêmement rapidement et on se laisse emporter bien volontiers par ce déchainement de violence et d'action dès les premières pages, qui ne peuvent que nous laisser scotchés - déjà - et surtout pleins d'interrogations, d'appréhension et d'excitation pour la suite. Si l'auteur a le culot de faire débuter son roman aussi rapidement, qu'est-ce qu'il va bien pouvoir nous inventer par la suite? Ça promet et franchement, l'auteur a su garder cette même constance tout au long de son histoire, ce qui est vraiment très positif. Alors oui, nous sommes plongés immédiatement dans l'ambiance du récit, le ton est donné dès le début, mais cette rapidité, bien que très agréable, apporte aussi son lot de lacunes, notamment concernant la situation des zombies et l'élément déclencheur de la transformation, outre le fait de se faire mordre (ou alors j'ai loupé un truc et dans ce cas-là, je m'en excuse).

     En effet, l'univers imaginé par l'auteur est vraiment très bien développé si on oublie le fait que l'on ai très peu de détails concernant la transformation des tous premiers zombies, détails impossibles à obtenir sachant que nos protagonistes habitent en campagne/village et qu'ils ne font pas partie des hauts cercles de la société, le tout reste donc cohérent. Paul Clément nous offre tout de même un univers bien travaillé et approfondi, qui change de ceux que j'ai déjà pu lire auparavant dans le même genre. De plus, j'avoue avoir eu peur, au début de ma lecture, que l'auteur nous offre un huis clos tout au long de son récit. En effet, même si je suis une grande fan des huis clos pour l'atmosphère lourde, pesante et sombre qui les accompagne, j'avais peur qu'ici, il soit de trop. Heureusement, ce n'est pas le cas, pas de huis clos mais on conserve une atmosphère angoissante très addictive. En somme, l'auteur s'en sort vraiment à merveille, autant dans ses choix pour son récit et son univers, que dans sa mise en place et son évolution.

     Paul Clément n'a pas seulement su gérer à merveille son univers, il a également une plume vraiment extra. Une écriture détaillée, très descriptive qui contribue à accentuer l'effet "horreur/angoisse" de la situation. Mais c'est aussi une écriture très fouillée, très recherchée qui n'en est pas pour autant lourde ou difficile à lire puisque ce roman se dévore très rapidement. Personnellement, j'ai vraiment adoré le style d'écriture de l'auteur, assez soutenu sans être pompeux, riche et profond, ce qui ajoute encore au plaisir de cette lecture. Les descriptions sont parfaites, autant du décor que des différents personnages, elles apportent vraiment un plus au récit sans le plomber ou l'alourdir, elles s'intègrent vraiment très bien à l'action et c'est forcément très positif. Encore une fois, on sent qu'il y a beaucoup de travail derrière ce premier roman, qui est vraiment très bien écrit.

     Si j'ai eu peur d'un huis clos qui aurait trainé en longueur dans ce récit, c'est parce que toute la première partie du roman se déroule dans cet esprit. L'enfermement, l'isolement, la peur, la chaleur, l'état de "siège", tout cela est vraiment très bien maîtrisé et plante immédiatement le décor: les personnages vont avoir peur, ils vont avoir chaud, ils vont devoir se battre et souffrir pour survivre. Je pense que c'est bien ici le but premier de cette partie, la découverte de l'univers et des possibilités qui en découlent. En plus de cela, Paul Clément n'oublie pas de donner un rythme plus qu'intéressant à cette première partie dans laquelle l'action est elle aussi vraiment au rendez-vous. Corps-à-corps avec les zombies, instinct de survie, et remise en question de la part de Patrick rythment le début du récit. En effet, cette première partie a aussi pour vocation de nous faire découvrir les personnages imaginés par l'auteur ainsi que leur grande complexité.

     Et c'est, là encore, un énorme point fort du roman: ses personnages! Ils sont tous d'une profondeur et d'une complexité magistrale, ce sont de vrais personnages à part entière, presque humains tellement il est facile de s'attacher à eux ou de comprendre leurs actes (même si on ne peut décemment pas tous les cautionner), et c'est vraiment ce qui rend le récit plus vivant, encore plus crédible et terrible par certains aspects.
     Tout d'abord, il y a Patrick, personnage froid et distant de prime abord, qui m'a un peu choquée dans les premières pages je dois l'avouer, mais auquel j'ai rapidement su m'attacher. Sous ses airs de gros dur indépendant, se cache un grand coeur, capable d'aimer sans condition et de défendre bec et ongles ceux qu'il aime. C'est vraiment un personnage à la psychologie très complexe, que j'ai adoré découvrir aux fils des pages et en fonction des rebondissements auxquels il est confronté. Un personnage aux multiples facettes, avec beaucoup de failles mais de très bons côtés, qui ne laissera personne indifférent, c'est certain.
     Comment ne pas parler d'Emma? Cette petite est vraiment excellente, c'est la pépite du récit, l'ancre à laquelle Patrick se raccroche. Elle représente la jeunesse que l'on voudrait protéger alors qu'il est déjà trop tard. L'insouciance et la joie  qu'elle dégage par moments, ternis par la dure réalité dans laquelle elle évolue sont autant de messages forts et la carapace qu'elle érige autour d'elle est tellement triste à observer. Et pourtant j'ai adoré sa relation avec Patrick, juste, simple, pleine de confiance, c'est vraiment très touchant et j'espère que vous apprécierez autant que moi cet aspect du récit.
     Ce magnifique duo va rencontrer un certain nombre d'autres personnages, aux intentions plus ou moins floues, plus ou moins honnêtes et surtout plus ou moins amicaux. Gérard, Karim, Christine ou encore Chris sont ceux qui m'ont le plus marquée, de différentes manières. Leurs caractères couvrent un large panel de possibles réactions humaines en cas d'invasion zombie et ils sont tous intéressants à découvrir.

     Outre les personnages, qui tiennent vraiment un rôle important dans le récit, l'intrigue est vraiment palpitante, ultra prenante et addictive, et cela, du début à la fin. Autant dans la première partie, qui se déroule en huis clos, que dans la seconde, où l'action est encore plus présente, où l'on est presque constamment en mouvement et où tout semble pouvoir basculer en un claquement de doigts. Malgré quelques tous petits temps morts à déplorer, qui permettent néanmoins d'approfondir certains personnages, le tout est vraiment très vif, très enlevé et vraiment extrêmement agréable à suivre. Chaque chapitre nous apporte de nouvelles choses, de nouveaux paysages à explorer, de nouveaux personnages ou situations à appréhender et il est vraiment impossible de s'ennuyer. De plus, j'ai adoré vibrer au rythme du questionnement implicite soulevé par toute cette violence: mais comment tout cela va-t-il bien pouvoir se terminer?

     Cela nous amène donc au dernier point très positif de ce roman, que l'on retrouve en fait tout au long du récit mais qui prend de plus en plus de sens lorsque l'on s'approche de sa fin, il s'agit de l'imprévisibilité du déroulement de l'intrigue. L'auteur sait ménager son suspense et quelques chapitres avant la fin, on ne peut toujours pas prévoir ce qu'il va se produire et j'ai adoré ça. C'est une fin pleine d'émotions, entachée par la violence humaine que Paul Clément nous livre, mais aussi par certains aspects une fin pleine de douceur et d'amour. Si j'ai su apprécié ce choix de l'auteur et la façon dont il l'a installé, je reste vraiment sur ma faim concernant certains points pour lesquels on ne nous fournit pas de réponse précise. Pour moi, c'est donc une fin agréable et bien pensée mais aussi assez frustrante, qui donne très envie d'en savoir plus sur "l'après".

Les +: la mise en place ultra rapide, l'atmosphère pesante et angoissante, une écriture très approfondie et descriptive, des personnages hauts en couleurs, énormément de rythme dans l'action, une intrigue très plaisante et efficace, ...
Les -: peu d'informations sur la formation des zombies, quelques moments de flottement, la fin un peu trop ouverte à mon goût

     En conclusion, Les Décharnés est vraiment un excellent roman de zombies, écrit par un auteur français à la plume vraiment excellente, très fouillée, très poussée et extrêmement descriptive, pour notre plus grand plaisir. Paul Clément met en place un univers vraiment très intéressant et bien que certaines questions restent un peu en suspend, le tout est très équilibré et très cohérent, du début à la fin. Un début de récit d'ailleurs très bien maîtrisé, sans temps mort et qui donne immédiatement le ton d'un roman à l'atmosphère lourde et pesante mais toujours extrêmement addictive, que l'on ne peut absolument pas lâcher avant la toute dernière page. Les nombreux rebondissements, l'action et l'angoisse permanente ainsi que les faits et gestes des personnages vraiment attachants que sont Patrick et Emma y sont aussi pour quelque chose dans le succès que cette histoire a remporté avec moi. Malgré quelques petits moments de flottement, de baisse de régime par-ci, par-là, et un final un peu trop ouvert à mon goût, Les Décharnés reste vraiment une excellente lecture, que je ne peux que conseiller aux fans de lectures zombiesques.

Commentaires

  1. C'est un très bon roman en effet :) Je dois absolument faire ma chronique ^^

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup pour cette critique, je suis tellement heureux de voir que tu as autant apprécié ta lecture. Merci également d'avoir dit ce qui t'avait moins plu dans le récit. C'est vrai que le fait que je n'explique pas d'où vient l'épidémie a gêné d'autres lecteurs également, mais comme Kirkman dans les comics The Walking Dead j'ai fait le choix délibéré de ne pas m'y intéresser car... ça ne m'intéresse pas, l'évolution de l'être humain dans ce genre de situation étant ce qui me passionne dans ce genre :) Encore merci !

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tentée malgré que cela concerne des zombies ^^

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi j'ai bien aimé ! Vive les zombies ^^ haha

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci de votre visite :) si je ne réponds pas à tous les commentaires, je les lis tous, alors merci :) et à bientôt :)

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique La dernière étoile, tome 3 de La 5ème Vague de Rick Yancey

Robert Laffont collection R 418 pages 17€90
Résumé: À L'AUBE DE LA 5e VAGUE...
Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu'elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver...
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d'humains qui peuplaient notre planète. Trahis par les Autres, et maintenant par eux-mêmes. En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime: sauver leur peau... ou sauver ce qui les rend humains.
Mon avis: (Attention, La dernière étoile est le troisième et ultime tome de la trilogie La 5ème Vague. Si vous souhaitez éviter tout spoiler concernant les tomes précédents, je vous conseille de lire ma chronique du premier tome La 5ème vague ou ma chronique du deuxième tome La mer infinie.)
18,5/20 Presque un coup de coeur
     La stratégie d'attaque des Autres, pensée depuis de très nombreuse…

Chronique À la vie, à la mort - Twilight réinventé de Stephenie Meyer

Hachette collection Black Moon 792 pages (429 pour À la vie, à la mort / 363 pour l'édition originale de Twilight) 20€99
Résumé: Lorsque Beau Swan emménage dans l'insignifiante bourgade de Fork et rencontre la mystérieuse Edythe Cullen, sa vie prend un tournant tout aussi excitant que terrifiant. Avec sa peau de marbre, ses yeux dorés, sa voix envoûtante et ses dons surnaturels, Edythe est à la fois irrésistible et énigmatique.
Ce que Beau ne sait pas encore, c'est que plus il se rapproche d'elle, plus lui et son entourage sont en danger. Et il se peut qu'il soit trop tard pour faire demi-tour...
Mon avis:
13,5/20

     Beaufort Swan a décidé de retourner habiter chez son père, bien que celui-ci habite dans une petite ville humide du fin fond des États-Unis. C'est donc à Forks qu'il est catapulté, dans une ville si petite que chacun semble y connaitre les secrets de tous les autres habitants. Mais une famille semble cacher encore bien des mystères et fascine …

Chronique Journal d'un vampire tome 11 de L.J.Smith

Hachette Black Moon 306 pages 16€50
Résumé: (Attention le résumé contient des spoilers si vous n'avez pas lu les tomes précédents)
Elena est sur le point de mourir. En vengeant son frère Stefan, Damon a rompu son pacte avec les Sentinelles, qui mettait la vie d'Elena en jeu. Au lieu de la condamner, les Sentinelles lui proposent une seconde chance : revenir au lycée, avant sa rencontre avec les frères Salvatore et la longue suite de mort et de destruction qu'elle a engendrée. Pour sauver sa vie, Elena doit prouver qu'ils peuvent tous trois mener leur propre existence sans provoquer, cette fois, la mort d'un seul être humain. Mais le Damon de cette époque est imprévisible, cruel et dangereux. L'unique solution qui s'offre à Elena, si elle veut épargner des vies, et la sienne en premier lieu, est de renoncer aux Salvatore. Définitivement.

Mon avis:
17/20
     Et voilà, c'est le dernier tome des aventures d'Elena, Damon, Stefan et tous les autres. La fin d…