Accéder au contenu principal

Chronique Paranoïa de Mélissa Bellevigne

Hachette Black Moon
312 pages
17€00

Résumé:
Lisa Hernest, psychiatre spécialisée dans les cas complexes,
est appelée à l'institut Saint-Vincent. Elle va rencontrer
sa nouvelle patiente: Judy Desforêt, vingt ans et enceinte de cinq mois, 
internée pour paranoïa et hallucinations.

Dès leur première entrevue, Judy fait preuve d'une lucidité 
et d'un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître,
plus leur échanges viennent ébranler ses propres convictions.
Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire,
mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence 
d'un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours.

Progressivement, Lisa, l'experte en âmes fragiles, 
sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser.
À mesure que les mois passent et que la date de l'accouchement approche,
la vérité paraît s'éloigner.

Mon avis:
16,5/20

     Lisa Hernest et Judy Desforêt sont deux femmes que tout oppose. La première a trente sept ans, est une psychiatre de renom que tout le monde s'arrache mais qui cache un bien lourd secret qui la ronge de l'intérieur. L'autre vient d'entrer dans la vingtaine, elle devrait avoir toute la vie devant elle mais elle s'évertue à tenter d'y mettre un terme après un dramatique accident à Londres. Ses multiples tentatives de suicides et sa paranoïa l'ont conduite à être internée dans un hôpital psychiatrique.
     Chaque possède ses propres secrets, qu'elles gardent jalousement. Médecin, patiente, malgré le fossé qui les sépare, elles vont devoir sa côtoyer, apprendre à se connaître, à se faire une confiance aveugle pour se livrer l'une à l'autre et peut-être, ensemble, voir le monde sous un nouveau jour, moins sombre, et panser ces plaies qui les font tant souffrir.

     Paranoïa est un roman qui a fait énormément parlé de lui ces derniers temps, pas forcément toujours pour les bonnes raisons. Mélissa Bellevigne, aussi connue sur la blogosphère sous le pseudonyme de Golden Wendy, est une blogueuse influente. Forcément, cette notoriété peut être néfaste comme bénéfique pour ce roman, qui devrait avant tout être jugé pour ce qu'il est et non à cause du nom de son auteur.
     Personnellement, j'ai surtout été intriguée par le résumé de Paranoïa, promettant hallucinations et psychoses, le tout dans une ambiance close, feutrée et londonienne. Il n'en fallait pas plus pour susciter mon intérêt. Si j'ai démarré ma lecture dans aucun a priori, je l'ai finie avec une certitude: ce roman mérite de faire parler de lui autrement que parce qu'il a été écrit par une blogueuse/youtubeuse. En effet, ce roman est vraiment très bon et possède énormément de points positifs. Premier roman de l'auteur, il ne souffre pourtant que de très peu de lacunes. Mélissa Bellevigne nous offre ici un premier roman très abouti, qui nous laisse entrevoir que le plume et l'imagination de l'auteur cachent encore, j'en suis certaine, un potentiel immense.

     Les premiers chapitres narrés du point de vue de Lisa, sont une introduction plus que prenante au récit. Ils nous permettent de découvrir les personnages, du moins en surface, et le contexte de leur rencontre. Leurs premiers échanges, houleux, mettent au jour certains aspects de leurs personnalités et annoncent d'ors et déjà une intrigue plus complexe qu'il n'y paraît de prime abord. De plus, cette petite mise en place reflète assez bien l'atmosphère parfois un peu pesante dans laquelle nos personnages évoluent tout au long du récit. Si j'ai particulièrement apprécié cette mise en bouche, cette introduction au récit, qui happe avec efficacité la curiosité du lecteur, je dois avouer que j'ai encore plus aimé l'évolution du récit, dans un univers un peu moins cartésien et d'autant plus fantastique et poétique, qui m'a charmée par bien des aspects.

     Globalement, l'intrigue est extrêmement bien menée, à un rythme juste assez bien dosé pour nous donner envie de tourner encore et encore les pages sans pour autant être trop rapide, ce qui aurait pu lui faire perdre en intensité et en émotions. J'ai beaucoup aimé le choix de l'auteur d'enrichir son récit, de lui donner plus d'épaisseur en nous offrant les points de vues des différents protagonistes. De plus, cela permet de comprendre leurs différentes actions et de s'attacher à eux beaucoup plus que lors d'un récit à narrateur unique. Ce choix a de nombreux avantages, néanmoins, cela créé aussi comme une coupure dans le récit. En effet, lors de ma lecture je suis passée par deux phases différentes, en accord avec le personnage qui "mène la danse" dans les différentes parties.
     Lors de la première partie, on suit donc principalement Lisa, on découvre sa vie, ses secrets, ses espoirs et ses désillusions. On entre profondément dans sa manière de penser et son esprit très organisé m'a beaucoup plu, j'ai adhéré très facilement à sa façon d'envisager le cas de Judy, et j'avais hâte, comme elle, d'entendre la version de Judy. Cette première partie, qui reste au final assez lente en comparaison avec ce qui nous attend dans la suite du roman, est tout de même vraiment agréable, fraîche, étonnante parfois et surtout parfaitement intrigante. Je pense que cette première partie a tout pour faire accrocher le lecteur au récit, avant de l'éblouir encore plus par la suite.

     La séparation du récit en deux parties différentes marque aussi la séparation en deux genres distincts, en deux mondes, de l'univers dans lequel évoluent les personnages. Tout d'abord, le récit, très professionnel, très terre-à-terre, se concentre dans un monde qu'il est facile d'appréhender puisqu'il correspond, plus ou moins, à celui dans lequel nous sommes habitués à évoluer. Nous découvrons donc en premier l'univers très carré, très ordonné de Lisa, un monde dans lequel le fantastique n'a pas sa place, dans lequel chaque déviance de l'esprit a une explication bien rationnelle, qui représente la clé de l'énigme, celle qu'il faut découvrir à force d'efforts.
     Dans la seconde partie du roman, cet univers bien organisé s'effrite peu à peu pour laisser la place au doute, à un univers plus fantastique, clos et angoissant mais aussi poétique et fascinant. Ce monde, dans lequel évolue Judy est extrêmement addictif. J'ai adoré me perdre dans les méandres de cet univers, très énigmatique et dans lequel chaque chose perçue, chaque personnage côtoyé, chaque échange de paroles ou de sentiments est propice au questionnement. Ce second univers est plus perturbant, plus difficile à comprendre et à appréhender et c'est bien ce qui me l'a rendu encore plus addictif. Si je passais déjà un bon moment de lecture dans la première partie du récit, je me suis sentie encore plus libre dans cette partie, dans ce monde où tout reste à imaginer et qui apporte énormément de bonnes choses au roman dans son intégralité.

     Autre point très positif: la plume de l'auteur. Mélissa Bellevigne a vraiment une plume très facile à lire, très fluide, souple et agréable. Les mots coulent tous seuls sur les pages, rendant la lecture très aisée et faisant de Paranoïa un page-turner incroyable qui se dévore en un rien de temps. De plus, Mélissa Bellevigne a magnifiquement su s'adapter à chacun de ses personnages, à chacun de leurs univers pour leur offrir de vraies personnalités et nous permettre de nous identifier, de nous attacher à eux. Malgré quelques tics d'écriture qui peuvent devenir un peu gênants, la plume de l'auteur, vraiment très douce et poétique, contrebalance ce petit point négatif. Je pense que si j'ai dévoré ce roman, c'est un grande partie grâce à la manière dont l'auteur rend son lecteur accro au récit et pas seulement grâce à l'intrigue qu'il porte et c'est vraiment un point positif.

     La seconde partie du récit, menée en grande partie par le point de vue de Judy, est celle qui m'a le plus transportée, de par son univers fantastique mais aussi par ses très nombreux autres points positifs. Tout d'abord, le rythme est vraiment parfait, d'abord lent et sombre, nous évoluons dans le noir avec Judy, désespérée de ne pas être comme tout le monde et que les années ont rendue aigrie. Puis, au fil de l'évolution du récit de son histoire, l'intrigue s'épaissit, les questionnements deviennent toujours plus nombreux et les réponses, qui semblaient d'abord logiques, ne paraissent plus si évidentes. Où se trouve la réalité? C'est aussi ce que recherche désespérément Judy, qui s'enfonce dans le passé de sa famille dans l'espoir d'y trouver des réponses. Mais tout le monde ne souhaite pas voir cette vérité éclater. Les hallucinations de la jeune femme se transforment bien vite en un tableau plus complexe, plus profond qui n'en devient donc qu'encore plus terriblement addictif. C'est bien simple j'ai adoré me perdre avec Judy dans son histoire familiale, dans ses recherches de réponses, mais aussi dans les réflexions de son esprit torturé. L'action est de plus en plus présente, les retournements de situations, bien que parfois prévisibles, sont alléchants et le tout est vraiment ultra prenant. Je n'avais plus qu'une envie: découvrir enfin la vérité et les réponses à toutes mes questions.

     Des réponses bien différentes selon le personnage que nous suivons, et c'est aussi ce qui fait la richesse de ce récit, sa diversité, sa délicieuse ambiguïté. Des personnages que nous suivons différemment, ce qui peut parfois créer une certaine distance avec l'un ou l'autre, celui qui reste plus à l'écart du récit, de l'intrigue.
     Lisa, que nous apprenons à connaitre la première, est très intéressante. Dévouée à ses patients, elle tente de les aider par tous les moyens pour oublier qu'elle ne peut pas résoudre les problèmes qui détruisent sa vie et son couple. Très terre-à-terre, connaissant des épreuves horriblement compliquée, mais en même temps tellement intelligente et proche des autres, j'ai adoré ce personnage presque humain, que l'on a nous aussi envie d'aider. Je me suis dans un premier temps attachée à ce personnage mais je dois avouer que la suite du récit, plus axé sur Judy, me l'a rendue plus fade, trop "normale" et moins attrayante, dommage donc que l'approfondissement des deux personnages n'ai pas eu lieu plus en parallèle, pour éviter que l'un soit mis à l'écart.
     J'ai adoré le personnage de Judy, que j'ai trouvé plus étoffé, plus approfondi. Je me suis beaucoup plus attachée à elle, que j'ai trouvé très touchante avec son passé tumultueux et son avenir semé d'embûches. Suivre ses aventures, ses pensées ainsi que les déductions de ses découvertes m'a énormément plu et j'avais vraiment envie de découvrir la vérité à son sujet. De plus, c'est grâce à son personnage que le récit revêt une dimension plus sentimentale, qui laisse à l'auteur l'opportunité de mettre en avant des émotions moins sombres. Il faut dire qu'Alwyn est vraiment un personnage génial, que j'ai adoré de bout en bout et auquel je me suis beaucoup attachée. Son histoire est la clé de voûte de celle de Judy et j'ai pris beaucoup de plaisir à la découvrir, j'aurais même aimé en savoir plus. Dommage qu'en comparaison, dans la seconde moitié du récit, les chapitres concernant Lisa en deviennent presque superflus, de même que sa propre intrigue personnelle, trop peu approfondie à mon goût.

     Seul le dénouement de cette histoire me laisse perplexe. J'ai adoré ce que l'auteur a bâti autour de la fin de son récit. Action, émotions et révélations sont indéniablement au rendez-vous et j'ai vraiment été secouée par les choix de l'auteur concernant ses différents personnages. Néanmoins, si l'idée de la fin ouverte aurait pu être vraiment intéressant, ici, elle est assez mal venue, je trouve. Cette fin assez abrupte nous offre l'une des réponses capitales du récit mais laisse presque tout le reste dans le flou, comme un gros point d'interrogation qui flotte, sur les personnages et leurs avenirs respectifs. J'avoue, je suis frustrée, surtout sachant que Paranoïa est, normalement, un one-shot, il me manque une quantité astronomique de réponses pour me satisfaire pleinement. Je reste sur ma faim et c'est vraiment dommage de finir sur un point négatif qui laisse comme une sensation d'inachevé. J'en aurai vraiment voulu plus.

Les +: une mise en place prenante dès les premières pages, un récit enrichit par les points de vues des différents personnages, une plume douce et poétique qui se lit très facilement, une intrigue toujours plus addictive au fil des pages, des personnages attachants, de l'action, des retournements de situation magistraux, ... 
Les -: quelques tics d'écriture répétitifs, des personnages mis en avant de façon différente, quelques prévisibilité, une fin trop ouverte qui laisse le lecteur avec beaucoup trop de questions sans réponses

     En conclusion, Paranoïa, premier roman de Mélissa Bellevigne, est vraiment un très bon livre, malgré quelques lacunes. Prenant dès les premières pages, le récit ne met que peu de temps à s'installer et happe immédiatement notre curiosité. Si le choix d'offrir les points de vues des différents protagonistes est très intéressant et permet d'approfondir le récit, il crée aussi parfois une distance avec l'un des deux personnages. Néanmoins, cela n'empêche pas le lecteur de s'attacher très facilement aux personnages imaginés par l'auteur, très humains et intrigants. L'intrigue m'a captivée du début à la fin, portée par un rythme parfait, laissant la juste place à l'action et à de nombreux rebondissements. J'ai adoré l'intrigue ainsi que la façon dont le récit est développé. Cerise sur le gâteau, le tout est extrêmement bien mené par la plume douce et fluide, poétique et très agréable à lire de Mélissa Bellevigne. Point noir cependant concernant la fin, trop ouverte à mon goût, qui laisse bien trop d'interrogations pour me combler et qui a le désavantage de me faire refermer le roman sur une note mitigée.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Merci de votre visite :) si je ne réponds pas à tous les commentaires, je les lis tous, alors merci :) et à bientôt :)

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique A Darker Shade of Magic tome 1 de V.E.Schwab

Titan Books 400 pages 7£99 (Paperback)
Résumé :

From V.E.Schwab, the critically acclaimed author of Vicious, comes a new universe of daring adventure, thrilling power, and parallel Londons, beginning with A Darker Shade of Magic.
Kell is one of the last Travelers - magicians with a rare, coveted ability to travel between parallel universes - as such, he can choose where he lands.

There's Grey London, dirty and boring, without any magic, ruled by a mad King George. The there's Red London, where life and magic are revered, and the Maresh Dynasty presides over a flourishing empire. White London, rude by whoever has murdered their way to the throne - a place where people fight to control magic, and the magic fights back, draining the city to its very bones. And once upon a time, there was Black London... but no one speaks of that now.

Officially, Kell is the Red Traveler, personal ambassador and adopted Prince of Red London, carrying the monthly correspondences between the royals …

Chronique The Book of Ivy tome 2 The Revolution of Ivy d'Amy Engel

Lumen 322 pages 15€00
Résumé: J'ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L'homme que j'aime.
Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d'attendre que la faim et la soif aient raison de moi. Ou bien qu'une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant... Mais je refuse d'abandonner. J'en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d'agir, enfin.
Bishop me l'avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà de la barrière, c'est encore pire. L'hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l'eau, des vivres, un abri. D'autres condamnés avec lesquels m'allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix: dois-je oublier ma vie d'avant, me venger de ceux qui m'ont trahie... ou mener, purement et simplement, la révolution?
Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.
Deuxième et dernier tome de la série The Bo…

Chronique La dernière étoile, tome 3 de La 5ème Vague de Rick Yancey

Robert Laffont collection R 418 pages 17€90
Résumé: À L'AUBE DE LA 5e VAGUE...
Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu'elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver...
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d'humains qui peuplaient notre planète. Trahis par les Autres, et maintenant par eux-mêmes. En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime: sauver leur peau... ou sauver ce qui les rend humains.
Mon avis: (Attention, La dernière étoile est le troisième et ultime tome de la trilogie La 5ème Vague. Si vous souhaitez éviter tout spoiler concernant les tomes précédents, je vous conseille de lire ma chronique du premier tome La 5ème vague ou ma chronique du deuxième tome La mer infinie.)
18,5/20 Presque un coup de coeur
     La stratégie d'attaque des Autres, pensée depuis de très nombreuse…