Accéder au contenu principal

Chronique Tu tueras le Père de Sandrone Dazieri

Robert Laffont collection La Bête Noire
666 pages
21€50

Résumé:
   Non loin de Rome, un homme affolé tente d'arrêter les voitures. Son fils de huit ans a disparu et le corps de sa femme gît, décapité, au fond d'une clairière.
   Le commissaire Colomba Caselli ne croit pas à l'hypothèse du drame familial et fait appel à un expert en disparitions de personnes: Dante Torre. Kidnappé enfant, il a grandi enfermé dans un silo à grains avant de parvenir à s'échapper. Pendant des années, son seul contact avec l'extérieur a été son mystérieux geôlier, qu'il appelle "le Père".
   Colomba va confronter Dante à son pire cauchemar: dans cette affaire, il reconnaît la signature de ce Père jamais identifié, jamais arrêté...

Mon avis:
(Tout d'abord, je tiens à remercier chaudement Babelio (le site) ainsi que les éditions Robert Laffont (le site) pour m'avoir permis de découvrir ce premier roman de leur nouvelle collection La Bête Noire (le site/la page Facebook/la page Twitter), par le biais de la Masse Critique. Une lecture envoûtante qui se traduit par un magnifique coup de coeur. Merci.)


20/20
Coup de coeur

     Colomba Caselli est commissaire de police. Depuis le Désastre de Paris, elle est en arrêt et sa vie est rythmée par les crises de panique à répétition, la peur, mais aussi les interrogations concernant son avenir dans la police. Si Rovere, son chef et ami de toujours, la soutient encore, elle ne sait pas comment envisager son futur et se laisse aller.
     Dante Torre pourrait presque passer pour un homme comme les autres, en le voyant de loin. Mais le côtoyer, c'est vivre aux côtés d'un homme qui a été détruit, tant physiquement que psychiquement. Pendant onze années de sa vie, il a connu l'enfer. Depuis maintenant vingt-cinq ans il tente de se reconstruire en venant en aide à d'autres personnes, mais il vit dans la peur que sa liberté ne lui soit à nouveau reprise.
     Quand Luca Maugeri disparait, quand sa mère est retrouvée décapitée et que son père est accusé par tous, une seule personne doute: Rovere. Par des chemins détournés, il va mettre en relation Colomba et Dante avec l'espoir que, dans l'ombre, ils réussissent là où lui ne peut rien.
     Une enquête aux multiples facettes, une enquête qui conduira nos protagonistes aux confins de l'âme humaine, de la folie humaine, qui les confrontera à leurs peurs et qui les obligera à se surpasser... s'ils ne veulent pas mourir.

     Juste WAHOU! Ce roman mérite amplement les très nombreuses éloges qu'il suscite. Si l'habit ne fait pas le moine, je peux vous dire que Tu tueras le Père est une très belle exception. Aussi beau à l'extérieur qu'à l'intérieur, un vrai régal à regarder et encore meilleur à lire, c'est surtout un roman qui vaut VRAIMENT le détour. À tous les amateurs de policiers, de thrillers, de romans noirs, je pense pouvoir dire sans me tromper que ce roman vous régalera du début à la fin et même que vous en redemanderez. En tout cas, ce fut le cas pour moi. Tu tueras le Père fut une merveilleuse découverte qui m'a envoûtée, qui m'a prise aux tripes dès la première page et qui m'a relâchée plus de 600 pages après, hors d'haleine mais dans un état d'euphorie que seuls peuvent provoquer les coups de coeurs littéraires. Je dois pourtant avouer que mes attentes étaient très très élevées, mais Sandrone Dazieri a su toutes les combler et même plus puisqu'il a été au-delà de tout ce que j'attendais. J'ai été complètement scotchée du début à la fin, par le travail d'orfèvre effectué par l'auteur pour faire de ce diamant, le bijou que tout amateur de roman policier ou thriller se doit d'avoir dans sa bibliothèque.

     Ce roman est une brique... Vraiment. Alors vous vous doutez bien que l'auteur a dû prendre un certain temps pour installer son histoire, son univers, ses personnages et j'en passe. Alors oui, ça peut peut-être paraitre être un début trop lent pour certaines personnes. Je dirais simplement que ces personnes ne savent pas apprécier les bonnes choses. Parce que non, la mise en place de tout ce qui fait que ce roman est si parfait ne m'a pas du tout parue être trop longue ou trop lente, juste nécessaire. Sandrone Dazieri maîtrise parfaitement ce récit dès le début, nous présentant les personnages que nous suivrons tout au long du récit, tout en laissant planer une masse conséquente de questionnements les concernant, et nous plongeant tout de même assez rapidement dans l'enquête avec un beau cadavre digne de ce nom dès les premiers chapitres. L'auteur sait indéniablement comment capter l'attention de son lecteur très rapidement; entre les chapitre du passé qui mettent l'eau à la bouche et apportent une foule d'interrogations en plus, et les chapitres du présent avec cette enquête toujours plus sombre, toujours plus palpitante, prenante; Tu tueras le Père se révèle, dès les premiers chapitres, être un roman on ne peut plus addictif qu'il vous sera impossible de lâcher avant d'en avoir tourné la dernière page.

     Et si ce roman est si addictif c'est aussi, en grande partie, grâce à l'univers que l'auteur a su lui conférer. En effet, si nos deux protagonistes principaux semblent d'abord évoluer dans le monde que nous connaissons, cette sensation se fait de plus en plus rare au fur et à mesure qu'ils sont contraints de se couper, plus ou moins, du monde, de leurs collègues, de leurs amis. Cela crée une atmosphère de plus en plus oppressante, noire et dangereuse qui n'en devient donc que plus attirante. J'ai vraiment complètement adoré cet univers sombre, cette atmosphère malveillante, que l'auteur a su créer et qui occupe vraiment une place à part entière dans l'évolution du récit. Outre le fait que cela permet de captiver toujours plus le lecteur, cette atmosphère apporte aussi un plus indéniable à l'intrigue, en l'étoffant et nous emmenant à nous poser toujours plus de questions, allant jusqu'à se demander si Colomba et Dante sont vraiment sains d'esprit.

     Je n'ai qu'une chose à dire: bravo à l'auteur! Il a vraiment su monter de toutes pièces l'un des scénarios de thriller les plus élaborés que j'ai pu lire. Sandrone Dazieri possède une plume vraiment très fluide, très agréable à lire et complètement captivante. L'auteur fait aussi preuve d'une imagination hors du commun qui entraine avec une facilité déconcertante son lecteur hors des sentiers battus. C'est aussi avec une dextérité remarquable qu'il nous entraine où bon lui semble, nous faisant perdre la tête, nous faisant douter et nous interroger à chaque parole prononcée. Une plume parfaitement adaptée au genre du récit, qui n'a pas peur des mots, et qui parvient sans mal à nous faire ressentir une très grande quantité d'émotions toutes plus addictives les unes que les autres. J'ai été complètement envoûtée par la plume de l'auteur du début à la fin du roman et il est certain que je suivrai désormais cet auteur de près. *

     Une femme décapitée dont le fils a disparu et des preuves accablantes contre le père de l'enfant. C'est ainsi que commence une enquête qui s'avèrera être beaucoup plus complexe au fil des pages. Avec cette mise en bouche plus qu'alléchante, Sandrone Dazieri ne peut que captiver son lectorat. Le ton est donné, l'atmosphère sombre est en place et le rythme instauré par l'auteur est on ne peut plus addictif. En effet, l'auteur a très bien su gérer l'équilibre entre l'action, l'enquête et les phases de recherches et de découvertes pour toujours obtenir le mélange subtil et parfait qui emporte le lecteur de bout en bout sans qu'il ne décroche une seule fois. De plus, ce récit est vraiment très bien mené dans tous ses aspects: à aucun moment l'auteur ne perd pied, à aucun moment le rythme ne retombe -il va plutôt crescendo- et à aucun moment le lecteur n'est perdu parmi toutes les ramifications que comporte l'enquête et la vie des différents personnages.

     Et c'est dire s'il y en a beaucoup des personnages. L'auteur s'en est vraiment donné à coeur joie de ce côté, car outre les personnages principaux, il nous expose un très grand nombre de personnages secondaires, tous plus surprenants les uns que les autres. À ajouter aussi que les nombreux surnoms et noms d'emprunts des personnages n'aide pas à s'y retrouver, mais l'auteur a su manipuler son récit pour que tout soit compréhensible et que son lecteur ne soit jamais perdu, tout coule de source et rien n'est fortuit.
     Tout d'abord, il y a Colomba et Dante, nos deux personnages principaux, à la recherche, en premier lieu du petit Luca et ensuite du Père. Ce sont deux personnages vraiment extrêmement charismatiques, ils ont ce petit truc en plus qui fait qu'ils sont plus que des personnages de fiction, qu'ils paraissent être presque réels et qu'ils n'en deviennent que plus attachants. Ils ont tous les deux vécu des choses difficiles et leurs vies s'en sont retrouvées chamboulées à jamais mais pour autant ils ont une vraie volonté de "faire les choses bien", d'aider les gens, de donner de leur personne pour rendre le monde meilleur. Les failles de l'un sont gommées par la capacité qu'à l'autre à lui faire montrer et donner le meilleur de lui-même. Ces deux personnages sont faits pour fonctionner ensemble et c'est le cas; leur duo fonctionne à merveille, fait des étincelles, possède des hauts et des bas, mais par-dessus tout, à le pouvoir de toucher le lecteur et c'est quelque chose de très important dans un roman que d'aimer les personnages qui le constitue. En tout cas, moi je les ai vraiment adorés.
     Bien sûr, il y a beaucoup d'autres personnages mais comme je ne peux pas parler d'eux tous, je vais vous parler du Père. Avec ce personnage, Sandrone Dazieri a vraiment réussi un tour de force juste géniallissime. Parce que c'est un personnage tellement énigmatique, tellement troublant, tellement frustrant et pourtant... tellement humain. Cette prise de conscience chez Dante constitue d'ailleurs une partie du récit et suscite énormément d'interrogations dont la principale reste bien sûr son identité. C'est un personnage de l'ombre mais aussi un personnage très central, c'est sur lui que tout repose, il est le pivot sans lequel l'histoire n'aurait pu exister. J'ai beaucoup aimé découvrir ce personnage à travers les souvenirs du passé de Dante et les recherches de Colomba et Dante dans le présent et j'ai adoré essayer de démêler le vrai du faux, de voir à travers les masques de certains personnages pour tenter de découvrir son identité avant la fin. C'est vraiment un très bon personnage qui mérite sa réputation et qui vous en fera voir de toutes les couleurs.

     Le récit nous emmène sur des pistes toutes plus folles les unes que les autres, il nous permet de rencontrer de nouveaux personnages et d'obtenir les réponses à nos interrogations tout en emmenant Colomba et Dante dans des situations de plus en plus périlleuses à un rythme toujours plus soutenu. Sandrone Dazieri ne laisse ni à ses personnages ni à ses lecteurs le temps de souffler, pour notre plus grand bonheur. Les pistes, les erreurs, les interrogations, tout ce micmac semble enfin prendre sens au fil des pages et malgré tout l'auteur parvient encore à semer les doute à chaque chapitre, concernant l'identité du Père. Et le dénouement est vraiment parfait, j'ai adoré et je n'aurais jamais pu imaginer une telle fin. Juste génial, l'identité du Père est pour moi demeurée un mystère jusqu'à la fin et c'est exactement ce que j'espérais. Outre cela, j'ai adoré la fin, le rythme est vraiment parfait, la situation dans laquelle se retrouvent les personnages est de celle qui fait battre le coeur du lecteur de peur et les dernières pages apportent une conclusion ouverte toute en émotions et en possibilités. Un thriller merveilleusement bien mené, du début à la fin.

Les +: TOUT! Tout est parfait tel quel
Les -: ///

     Tu tueras le Père de Sandrone Dazieri est vraiment l'exemple parfait du thriller exécuté d'une main de maître. Tout est juste, chaque élément est à sa place et le résultat est totalement bluffant. Avec son atmosphère sombre et ses personnages torturés, ce roman devrait plaire à tous les amateurs de ce genre. De plus, la plume de l'auteur est très fluide, très addictive et sait nous emmener sur toutes sortes de pistes pour tenter d'obtenir les réponses à nos questions. Les personnages jouent un rôle clé dans ce récit, ils sont vraiment très attachants et il est très agréable de les suivre dans leurs péripéties, qui s'enchainent à un rythme soutenu s'accélérant de plus en plus jusqu'à exploser dans un dénouement final magistral. Le mystère de l'identité du Père est vraiment maintenue jusqu'à la toute fin et c'est exactement ce qu'on attend après un récit d'une telle envergure. Ce roman est vraiment une réussite totale, c'est une perle, un bijou dans son genre alors, un seul mot: foncez!

(* Petit aparté: Je n'aime pas faire des comparaisons avec d'autres auteurs parce que j'ai toujours peur de provoquer l'inverse de l'effet souhaité: vous donner envie de lire ce roman, en l'occurrence! Mais je dois bien avouer que l'écriture de l'auteur, les émotions qu'il parvient à faire passer, son imagination et sa façon d'oser, tout ceci m'a énormément fait penser à la plume de Franck Thilliez, et, vous le savez peut-être, je ne jure que par lui en matière de thrillers. Et bien Sandrone Dazieri a réussi à m'envouter autant que Franck Thilliez et je n'ai donc qu'une hâte: lire à nouveau un roman de Sandrone Dazieri! Surtout, j'espère que cette comparaison ne vous empêchera pas d'avoir envie de lire Tu tueras le Père, et de vous forger votre propre avis. J'espère que vous aimerez ce roman autant que moi.) 



Commentaires

  1. Un coup de coeur !?! Je vais en parler à une de mes soeurs, je suis sûre que ça pourrait lui plaire ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Après tout ce que j'ai lu concernant ce livre, je me demande encore ce qui me retient de le lire (ma PAL déjà bien trop grande sans doute eheh). Ce qui est sûr, c'est que je finirai tôt ou tard par craquer, ton article vient de me convaincre de façon assez radicale!

    RépondreSupprimer
  3. Il me tente beaucoup et encore un avis très complet.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci de votre visite :) si je ne réponds pas à tous les commentaires, je les lis tous, alors merci :) et à bientôt :)

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique A Darker Shade of Magic tome 1 de V.E.Schwab

Titan Books 400 pages 7£99 (Paperback)
Résumé :

From V.E.Schwab, the critically acclaimed author of Vicious, comes a new universe of daring adventure, thrilling power, and parallel Londons, beginning with A Darker Shade of Magic.
Kell is one of the last Travelers - magicians with a rare, coveted ability to travel between parallel universes - as such, he can choose where he lands.

There's Grey London, dirty and boring, without any magic, ruled by a mad King George. The there's Red London, where life and magic are revered, and the Maresh Dynasty presides over a flourishing empire. White London, rude by whoever has murdered their way to the throne - a place where people fight to control magic, and the magic fights back, draining the city to its very bones. And once upon a time, there was Black London... but no one speaks of that now.

Officially, Kell is the Red Traveler, personal ambassador and adopted Prince of Red London, carrying the monthly correspondences between the royals …

Chronique The Book of Ivy tome 2 The Revolution of Ivy d'Amy Engel

Lumen 322 pages 15€00
Résumé: J'ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L'homme que j'aime.
Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d'attendre que la faim et la soif aient raison de moi. Ou bien qu'une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant... Mais je refuse d'abandonner. J'en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d'agir, enfin.
Bishop me l'avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà de la barrière, c'est encore pire. L'hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l'eau, des vivres, un abri. D'autres condamnés avec lesquels m'allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix: dois-je oublier ma vie d'avant, me venger de ceux qui m'ont trahie... ou mener, purement et simplement, la révolution?
Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.
Deuxième et dernier tome de la série The Bo…

Chronique La dernière étoile, tome 3 de La 5ème Vague de Rick Yancey

Robert Laffont collection R 418 pages 17€90
Résumé: À L'AUBE DE LA 5e VAGUE...
Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu'elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver...
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d'humains qui peuplaient notre planète. Trahis par les Autres, et maintenant par eux-mêmes. En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime: sauver leur peau... ou sauver ce qui les rend humains.
Mon avis: (Attention, La dernière étoile est le troisième et ultime tome de la trilogie La 5ème Vague. Si vous souhaitez éviter tout spoiler concernant les tomes précédents, je vous conseille de lire ma chronique du premier tome La 5ème vague ou ma chronique du deuxième tome La mer infinie.)
18,5/20 Presque un coup de coeur
     La stratégie d'attaque des Autres, pensée depuis de très nombreuse…