Accéder au contenu principal

Chronique Tout est fatal de Stephen King

Le livre de poche
701 pages
8€10

Résumé:
Ça vous dirait de vivre votre propre autopsie?
De rencontrer le Diable?
De vous tuer par désespoir dans les plaines enneigées du Minnesota?
Du fuir la police en compagnie de Dillinger?
De devenir assassin via Internet ou de trouver la petite pièce porte-bonheur qui vous fera décrocher le jackpot?
Alors, laissez-vous guider par Stephen King.

Mon avis:
16/20

     Tout est fatal est un recueil contenant 14 nouvelles, toutes très différentes, traitant de sujets de société ou, au contraire, plus tournées vers le fantastique, courtes ou presque assez longues pour être de mini-romans, chacune permettant de découvrir plus les différentes variantes du style de Stephen King. Ici, King nous offre un large panel de ce qu'il sait faire, ce qui est très appréciable. Si les nouvelles présentées ici sont parfois de qualité très inégale, l'ensemble reste vraiment très satisfaisant et forme un bon recueil de nouvelles permettant de passer d'agréables moments de lecture. J'ai beaucoup apprécié ma lecture de ce recueil, riche en émotions diverses et variées, angoisse ou terreur pure mais aussi douceur et gentillesse sont au rendez-vous dans ce livre. Si certaines nouvelles ne m'ont pas du tout charmée, d'autres vraiment excellentes sont incontournables et remontent indéniablement le niveau de ce recueil, que je conseillerai à ceux qui n'osent pas affronter King dans un roman digne de ce nom.

     Comme il s'agit d'un recueil de nouvelles, j'ai décidé de vous donner mon avis sur chacune séparément afin de vous mettre, je l'espère, l'eau à la bouche. Bien sûr, ce ne sera pas de grands avis au vu de la longueur de certaines nouvelles, juste de quoi vous donner un aperçu et j'espère que ce système vous satisfera.

*****

*Salle d'autopsie quatre*

     Cette première nouvelle fut une très bonne découverte pour moi. Le choix de la placer en première  est très judicieux car elle happe directement le lecteur et lui ouvre l'appétit, lui donnant ensuite envie de découvrir les prochaines nouvelles. Ici, nous suivons Howard Cottrell qui se réveille paralysé dans.... une salle d'autopsie. Tout le monde le croit mort mais son compte à rebours ne fait que commencer. Va-t-il se faire autopsier vivant? C'est la grande question qui rythme le récit, un récit d'ailleurs très prenant et qui m'a fait passer un bon moment.
     Dans cette nouvelle nous suivons Howard, nous découvrons ce qu'il s'est passé pour qu'il se retrouve dans cet état, nous espérons et frissonnons avec lui pour qu'il ne se fasse pas autopsier alors qu'il est toujours vivant. Si son langage un peu cru m'a parfois posé problème, je me suis tout de même beaucoup attachée à lui grâce aux émotions que l'auteur parvient à nous faire ressentir. Au fur et à mesure que le moment approche, la tension monte, le récit se fait plus oppressant et l'issue de plus en plus funeste approchant à grands pas du personnage nous fait vraiment frissonner.
     L'intrigue est vraiment très bien menée, parsemée de nombreux rebondissements et retournements de situation qui nous font toujours plus prendre conscience de l'épée de Damoclès qui pèse au-dessus de la tête d'Howard. Le récit est vraiment très bien rythmé et nous entraîne facilement dans une lecture extrêmement rapide. Si j'ai trouvé le dénouement un peu simple et tiré par les cheveux, cela n'ôte rien à la qualité de cette petite nouvelle.
     Une première nouvelle vraiment très bonne qui se lit ultra rapidement, au récit intéressant et riche en rebondissements.

*L'homme au costume noir*

     Cette deuxième nouvelle est encore une fois assez bonne et traite de la mort, de la peur de celle-ci et des différentes formes qu'elle peut prendre. Nous y rencontrons Gary, qui nous raconte un épisode de sa vie qui s'est produit peu de temps après la mort de son frère et qui l'a poursuivi toute sa vie. Une séance de pêche peu se révéler bien plus dangereuse que ce que l'on pense. Et le Diable peut se cacher sous diverses formes.
     J'ai adoré suivre le personnage de Gary, jeune garçon très affecté par la mort de son frère, qui n'a pas survécu à une piqure de guêpe. C'est un petit garçon très attendrissant de par l'affection qu'il porte à ses parents, sa gentillesse et sa bonne humeur. Il révèle aussi une bonne quantité de courage dans cette nouvelle qui réussit à faire frissonner du début à la fin. L'ambiance du récit est très sombre, très lourde dès le début, on sent que quelque chose de mauvais va se produire, on attend avec Gary et on espère qu'il en réchappe. Il n'y a pas à dire, l'auteur a très bien géré son univers et l'effet qu'il veut produire sur son lecteur. Cela a fonctionné a fonctionné à merveille avec moi. J'ai accroché dès les premières pages et j'ai adoré ma lecture.
     De plus, le récit est très riche en action et en rebondissements. Le début, un peu lent volontairement, pose de très bonnes bases avant que le rythme ne s'accélère. La tension et l'angoisse de Gary sont palpables et c'est point très positif. À chaque instant, chaque rebondissement, on se pose mille questions concernant la suite de l'histoire, en frissonnant, jusqu'au dénouement... La fin est vraiment très bonne selon moi, parfaitement adaptée au récit, elle reste assez ouverte mais clôt à merveille cette part de la vie de Gary.
     Une nouvelle vraiment bonne et très appréciable qui possède de nombreux atouts pour faire passer un bon moment à son lecteur.

*Tout ce que vous aimez sera emporté*

     Autant vous le dire tout de suite, cette nouvelle est une des moins bonnes de ce recueil, elle accumule les points négatifs et même si elle a le mérite de se lire vite, elle sera tout aussi vite oubliée. On y rencontre Alfie Zimmer, qui mène une vie sans saveur et compliquée qui ne le satisfait plus. Après un énième voyage, il s'arrête dans un motel et se pose d'innombrables questions existentielles. 
     Tout d'abord, le personnage d'Alfie Ne m'a pas du tout transportée, je ne me suis pas du tout attachée à lui, d'une humeur maussade et pas vraiment avenant, il m'a laissée indifférente. Les citations trouvées au fil de ses voyages et collectées dans un petit carnet ont parfois eu le mérite de me faire rire mais j'aurai aimé que ce soit plus le cas. Si les questions qu'il se pose sont tout à fait légitimes, l'ensemble n'aboutit pas à un vrai raisonnement sur sa vie, tout est en suspens et aucun réponse ne nous est donnée.
     Le récit est assez agréable à lire, on se pose de nombreuses questions concernant le choix que va faire Alfie et chaque questionnement de sa part est propice à un changement radical de sa part. Néanmoins, encore une fois, l'auteur nous appâte avec des questions, des possibilités, mais rien ne trouve de réponse. Le récit reste assez plat tout du long, aucun vrai rebondissement n'y trouve sa place et le tout forme un ensemble assez morne et sans saveur, fade. Il manque vraiment énormément de choses à cette nouvelle pour passer un bon moment.
     Cette nouvelle est une des moins bonnes de ce recueil, plate et sans élément réellement positif, sa lecture en est rapide mais sans grand intérêt. À oublier.

*La mort de Jack Hamilton*

     La mort de Jack Hamilton est une bonne nouvelle vraiment agréable à lire. Dans un univers de western, nous rencontrons Homer, notre narrateur, qui nous raconte un pan de son histoire aux côtés de Johnnie Dillinger et Jack Hamilton. J'ai vraiment apprécié cette nouvelle qui se lit assez rapidement grâce à de bons points positifs mais je déplore quand même quelques points négatifs qui font que cette lecture n'est pas une très bonne lecture.
     L'univers est vraiment très prenant et très intéressant mêmes s'il est assez compliqué à appréhender au départ. Une fois les bases posées, plus de souci, on se plonge très facilement dans le récit aux côtés de nos personnages. Des personnages que l'on prend d'ailleurs extrêmement plaisir à suivre. Drôles, agréables, bad boy au cœur tendre, je n'ai eu aucun mal à me laisser attendrir par leurs personnalités. J'ai beaucoup aimé découvrir ce petit pan de leur vie, ce petit instant volé très agréable. 
     Le récit est très prenant, sans être trop plein d'action et de rebondissements, on ne peut qu'être embarqués dans cette histoire. Toutes les réponses concernant le dénouement nous sont presque données dès le début mais cela ne gâche rien à la lecture et la petite touche d'humour et de sensibilité qui rythment le récit sont vraiment appréciables. Le dénouement reste extrêmement ouvert mais cela ne m'a pas dérangée puisque ce n'était pas du tout le but recherché par la nouvelle, elle avait seulement pour vocation de nous narrer une tranche de la vie d'Homer et la fin de la vie de certains autres personnages.
     Une bonne nouvelle dans une ambiance western, pleine d'émotions et vraiment très agréable à lire une fois entré dans l'univers.

*Salle d'exécution*

     Salle d'exécution est une courte nouvelle assez intéressante mais surtout c'est une des plus sanglantes du recueil. À la limite du gore, dans cette nouvelle très tactique et stratégique, nous suivons Fletcher dans sa lutte pour la survie. La lutte par les mots risque bien vite de passer à la torture physique, mais qui des bourreaux ou de la victime sortira indemne de la salle d'exécution?
     Il n'est pas toujours malin de jouer avec le feu et c'est ce que notre personnage principal, Fletcher, va apprendre à ses dépens. Il se retrouve aux prises avec avec des hommes sanguinaires et terrifiants qui ne demandent qu'une chose: lui extorquer des informations de gré ou de force.... avant de l'exécuter. Cette nouvelle joue énormément sur la psychologie de ce personnage, sur sa façon de penser et son évolution au fil du récit, son angoisse mais aussi sa volonté de vivre. De ce fait, je l'ai beaucoup apprécié au début du récit mais son évolution est très brutale, très violente et même si je comprends ses raisons, je me sentais beaucoup moins proche de lui, son évolution dans ses actes et sa pensée a été beaucoup trop brutale pour que je continue à avoir de l'empathie pour lui.
     Si cette nouvelle nous fait réfléchir sur les différentes facettes du genre humain confronté à une situation dangereuse, elle possède aussi d'autres atouts. En effet, le récit très bien structuré propose deux phases dans l'évolution de l'intrigue. La première plus lente, avec plus de dialogues, permet de planter le décor tandis que la seconde est plus riche en action, en rebondissements et en morts. J'ai beaucoup apprécié ce récit palpitant à l'issue constamment incertaine mais j'ai trouvé la violence vraiment trop gratuite et injustifiée; par conséquent, pas du tout agréable à lire.
     Une petite nouvelle qui reste prenante et palpitante mais pas vraiment toujours agréable à lire. Dérangeante mais poussant à la réflexion, elle n'est pas non plus dénuée d'intérêt.

*Les Petites Sœurs d'Eluria*

     Les Petites Sœurs d'Eluria est une nouvelle un peu particulière puisqu'elle s'ancre dans l'univers de la Tour Sombre, série de fantasy (si je ne me trompe pas) de l'auteur. Je vous rassure tout de suite, il n'est absolument pas nécessaire d'avoir lu la série pour se plonger dans cette nouvelle, et mieux encore, pour l'apprécier. Je n'ai pas lu la série de la Tour Sombre et pourtant j'ai énormément apprécié cette nouvelle, j'ai beaucoup aimé son univers si particulier et son personnage charismatique ainsi que son récit étonnant et très agréable.
     Cette longue nouvelle nous narre l'histoire de Roland Deschain de Gilead qui se retrouve dans une bien mauvaise posture durant un voyage. J'ai vraiment beaucoup aimé ce personnage, attachant, courageux et intelligent. J'ai eu envie d'en apprendre le plus possible sur lui, peut-être même de me plonger dans la série de la Tour Sombre. J'ai adoré son caractère et sa personnalité mais aussi sa relation avec les personnages secondaires de la nouvelle, surtout avec Jenna. Eux aussi sont très approfondis et j'ai beaucoup aimé les découvrir grâce aux nombreuses révélations et découvertes de Roland; il en est de même pour l'univers qui est vraiment très intéressant à découvrir, vraiment dans l'esprit de la fantasy mais il m'a aussi parfois fait penser à un western. J'ai adoré même s'il est un peu compliqué de se plonger dedans quand on ne le connaît pas du tout.
     Le récit est riche en rebondissements et en découvertes palpitantes et étranges. À chaque page, ou presque, il y a une nouveauté à découvrir et une fois bien plongés dans l'univers et dans le récit il devient très vite difficile de s'en sortir. Même s'il n'y a que très peu d'action et que le rythme reste lent à cause de l'état du héros, le tout est vraiment très agréable à lire et très prenant.
     Une bonne nouvelle très agréable à lire et qui plaira à tous les fans de fantasy et encore plus aux adeptes de la série de la Tour Sombre.

*Tout est fatal*

     L'une des nouvelles que j'ai préféré dans ce recueil est la nouvelle éponyme Tout est fatal. Très énigmatique, addictive et très innovante, cette nouvelle tire son épingle du jeu et a vraiment su me transporter dans son univers qui m'a énormément plu aux côtés de Dink Earnshaw. Ici, encore une fois, ce n'est pas une nouvelle dont le but premier est de faire peur mais elle n'a pas besoin de ça pour être très intéressante et prenante. Dans cette nouvelle, nous suivons Dink Earnshaw, jeune homme intelligent mais qui n'a pas fait d'études, qui se voit un jour proposer le job parfait. Supporteriez-vous de faire le métier rêvé si c'était au détriment de la vie d'autres personnes?
     Stephen King nous offre ici une nouvelle à l'univers assez simple mais néanmoins très agréable à découvrir ainsi qu'un personnage principal assez attachant et un récit au rythme assez lent mais aux rebondissements palpitant. Le cocktail parfait pour faire de Tout est fatal une très bonne nouvelle. E effet, Dink est un personnage qui n'a pas toujours eu la vie facile et qui sait donc se montrer attendrissant. Son caractère est agréable et son intelligence lui permet de faire avancer l'intrigue dans une direction étonnante, que je n'avais pas vue venir et qui m'a donc surprise.
     Le récit est vraiment efficace, fluide et très prenant, cette nouvelle se lit très rapidement et les nombreuses découvertes liées à l'univers, les rebondissements épatants et les retournements de situations parfaitement imprévisibles qui la ponctuent ne font que renforcer cet effet. J'ai beaucoup aimé me plonger dans cette nouvelle qui m'a beaucoup plue et qui s'accommode très bien de son absence d'horreur. L'univers m'a énormément plu aussi et je pense qu'il y avait même matière à en faire un roman. Le dénouement est juste parfait et même s'il laisse une grande porte ouverte, j'ai adoré.
     En bref, une très bonne nouvelle sans horreur qui a su me transporter dans son univers et me séduire du début à la fin.

*L.T. et sa théorie des A.F.*

     L.T. et sa théorie des A.F. est une nouvelle assez intéressante à lire et qui possède un bon potentiel pour nous faire passer un bon moment malgré les petits points négatifs qui l'entachent. Ici, nous suivons l'histoire de L.T. anéanti après le départ surprise de sa femme, il se retrouve seul avec son chat. Si cette histoire le fait souffrir, il n'hésite pas à la raconter à quiconque le demande et à la tourner à la rigolade. C'est à ce récit que nous assistons dans cette nouvelle. J'ai vraiment bien  apprécié cette nouvelle même si elle aurait pu être encore meilleure avec plus d'approfondissement.
     Le personnage de L.T. est assez attachant avec son amour pour sa femme, sa remise en question à propos des animaux familiers et l'espoir qu'il garde vis-à-vis ce qu'il a pu arriver à sa femme. Car non, le récit ne se résume pas à l'histoire du départ de sa femme, mais plutôt à l'après les questions que son départ soulève. Où est-t-elle? Est-elle toujours vivante ou a-t-elle été victime du tueur en série qui rode dans les parages? Sa détresse ne peut que nous faire ressentir toujours plus d'empathie pour lui. 
     Le récit en lui-même a su éveiller ma curiosité mais une fois arrivée à la fin, on se rend compte qu'il nous manque énormément de réponses, concernant la vie de L.T. et sa femme, l'après; tout a été fait en surface, le récit n'est pas assez poussé et approfondi, j'en attendais plus. Le rythme est lent et ne décolle jamais vraiment, le manque de réponses coupe l'herbe sous le pied de chaque rebondissement qui tombe un peu à l'eau. La fin est extrêmement ouverte et ne répond à aucune de nos questions et c'est bien dommage.  
     En somme, une nouvelle assez intéressante et qui aurait pu être bien meilleure si elle avait été un peu plus approfondie.

*Quand l'auto-virus met cap au nord*

     Quand l'auto-virus met cap au nord fait partie de ces très bonnes nouvelles qui vous trottent dans la tête pendant longtemps. Ici, nous suivons Richard Kinnel, un écrivain aux goûts un peu particuliers, qui se retrouve pris pour cible par un être venu d'ailleurs. Sous forme de "course poursuite" très psychologique à l'issue incertaine, Stephen King nous plonge dans une ambiance sombre et très prenante. J'ai beaucoup aimé cette nouvelle qui fait froid dans le dos et qui réussit à merveille le pari de nous faire sursauter de peur et de nous donner la chair de poule à chaque rebondissement.
     Nous suivons Richard Kinnel, un écrivain reconnu, qui, sur la route du retour après un séminaire, décide d'acheter un tableau qui lui a tapé dans l'œil à un vide grenier. S'il dégoûte tous ceux qui posent les yeux sur lui, ce tableau l'attire pourtant de façon irrésistible et même après que la vendeuse lui ait raconté son histoire, il est heureux de son achat. Mais son angoisse augmente au fil de son voyage de retour quand il se rend compte que le tableau change chaque fois qu'il pose les yeux dessus. Et ce qu'il voit n'est pas du tout rassurant....
     J'ai beaucoup aimé le personnage de Richard auquel on s'attache sans trop de difficultés. L'atout de cette nouvelle est aussi son aspect psychologique. En effet, le rythme est assez lent et il n'y a que peu d'action mais le tout forme un ensemble très équilibré qui fonctionne à merveille et qui réussit à faire frissonner. Chaque temps mort de conduite pour Richard est source d'angoisse: quel sera le nouvel aspect du tableau à son prochain arrêt? Quel risque fait-il vraiment courir à son possesseur? La mort est-elle en train d'approcher inexorablement de Richard? Autant de questions terrifiantes qui ponctuent le récit duquel on ne peut décrocher avant d'en avoir enfin découvert le dénouement.
     Une très bonne nouvelle vraiment prenante et palpitante qui fait frissonner et qui risque de vous empêcher de dormir.

*Déjeuner au Gotham Café*

     Dans la catégorie des bonnes petites nouvelles qui se laissent lire facilement je demande Déjeuner au Gotham Café. Il s'agit du récit de Steven Davies qui se rend à un rendez-vous pour parler de leur divorce avec sa femme Diane et l'avocat de celle-ci. Sauf que, vous vous en doutez bien, tout ne va pas se passer comme prévu et le Gotham Café va vite devenir le théâtre d'évènements sanglants. À cause d'un employé pour le moins dérangé.
     La vie de Steven Davies a basculé du jour au lendemain quand sa femme lui a demandé le divorce, depuis il a arrêté de fumer et pense que ce déjeuner sera sa seule chance de la reconquérir. Sauf qu'elle n'a aucunement l'intention de se laisser reconquérir et que le serveur leur laissera  tout juste le temps de commencer leur conversation avant de littéralement disjoncter. Steven est un personnage attachant de par les épreuves qu'il traverse et l'amour qu'il porte à sa femme. Cette dernière est un peu moins agréable, plus froide, plus rigide et tout simplement moins gentille.
     En ce qui concerne le récit, si le début est lent, dès que l'action commence à pointer son nez plus rien ne l'arrête et les personnages en voient de toutes les couleurs. De plus, le récit est plein de rebondissements exquis qui nous font douter de l'avenir des personnages. Néanmoins, j'aurai aimé en savoir plus concernant les raisons qui font que le serveur a fait ce qu'il a fait. À part ce petit bémol, j'ai beaucoup aimé la construction du récit qui permet de s'attacher aux personnages et de ressentir toute leur peur face à l'horreur qui se déroule sous leurs yeux.
     Déjeuner au Gotham Café est donc une bonne petite nouvelle agréable à lire mais qui ne possède rien d'inoubliable et qui laisse beaucoup de questions en suspens.

*Cette impression qui n'a de nom qu'en français*

     Cette impression qui n'a de nom qu'en français est l'une des nouvelles les moins intéressantes et mémorables de ce recueil. Si elle possède quelques atouts, ses points faibles sont trop nombreux et en font une nouvelle tout juste divertissante mais dont l'intérêt m'échappe encore. Nous suivons Carol Shelton, en voyage avec son mari, Bill, qui est prise de nombreuses impressions de déjà-vu jusqu'à cet ultime évènement....
     Les personnages de Carol et Bill Shelton, mariés depuis bien longtemps, se sont éloignés et leur amour est devenu presque une routine. Ils ne sont pas franchement attachants et leur histoire est trop plate pour pallier à cela. Aucun des deux n'apporte de piquant au récit, ils sont comme ce dernier trop lisses, trop banals.
     Le récit est intrigant au départ mais devient vite répétitif et "déjà-vu". Rien de nouveau sous le soleil, les rebondissements sont ultra prévisibles et deviennent vite lassants. L'intrigue est prometteuse mais n'est pas assez approfondie et le récit n'offre aucune réponse à nos questions. Beaucoup de points négatifs pour un récit au potentiel trop peu approfondi.
     Trop prévisible et répétitive, une nouvelle qui n'apporte pas grand chose au recueil, décevante.

*1408*

     Tout fan de Stephen King doit forcément connaître sa nouvelle 1408, qui marque l'incursion de l'auteur dans le thème très utilisé en horreur de la chambre/maison hantée. Je dois bien que cette nouvelle est vraiment magistrale, vraiment très bien écrite, elle m'a subjuguée et c'est avec énormément de plaisir que l'on suit les aventures de 'Mike Enslin dans la chambre 1408. Dans l'hôtel, tout le monde sait que cette chambre est hantée, des habitudes exceptionnelles ont étés prises pour tenter d'éviter tout problème au personnel et plus personne n'y a dormi depuis des dizaines d'années. Mais il en faut plus pour effrayer notre héros, Mike, que rien ne terrorise jamais. Seulement c'est bien connu, il ne faut jamais dire jamais....
     Mike Enslin est un écrivain connu pour ses romans relatant ses aventures dans 10 cimetières/maisons/châteaux hantés et il est en pleine écriture de la version concernant les chambres d'hôtels. On peut dire qu'il a trouvé celle qui saura faire changer d'avis son esprit sceptique puisqu'il croit dur comme fer que les fantômes n'existent pas. Si au début du récit il peut paraître froid et égocentrique, ce n'est plus du tout le cas pendant son aventure dans la chambre. On s'attache assez vite à lui et on ressent son angoisse et son malaise vraiment facilement. Et tous deux sont largement justifiés. 
     Le récit est vraiment très bien construit, nous présentant d'abord les antécédents de la fameuse chambre avant d'entrer progressivement dans le vif du sujet. De plus, le rythme est vraiment très bon, l'action et l'angoisse sont au rendez-vous et les multiples rebondissements en font voir de toutes les couleurs à Mike, auquel on s'attache de plus en plus au fil du récit, et son placés au bons endroits pour accélérer toujours plus le rythme. Si le dénouement de l'intrigue est révélé assez rapidement, cela n'entache en rien la portée des événements dont Mike est victime.
     1408 est donc une très bonne nouvelle sur le thème des lieux hantés, que l'on prend plaisir à lire grâce à sa construction très bien pensée, et qui vaut vraiment le détour.

*Un tour sur le Bolid'*

     Un tour que le Bolid' est une autre nouvelle très connue de l'auteur. Très connue certes mais est-elle vraiment à la hauteur de sa réputation? Et bien selon moi, oui, cette nouvelle est très bonne et est un des atouts de ce recueil. Nous suivons Alan, jeune étudiant, qui rentre en urgence auprès de sa mère qui a été victime d'un arrêt cardiaque. Déjà peu réjouissant, n'est-ce pas? Et bien ce n'est pas prêt de s'arranger car dans son voyage il va être pris en stop par toutes sortes d'énergumènes, tous plus déjantés et inquiétants les uns que les autres.
     Alan a été élevé seulement par sa mère, qui, malgré quelques coups de sang, a toujours tout fait pour donner le meilleur à son fils. Son travail a porté ses fruits puisqu'il étudie désormais à l'université et lui rend visite régulièrement, la suppliant d'arrêter de fumer et de travailler. Il s'est avéré qu'elle aurait dû écouter Alan pour, peut-être, s'éviter cet arrêt cardiaque. Mais c'est Alan qui s'embarque pour le plus long voyage de sa vie, faisant d'étonnantes rencontres.
     Le récit possède un rythme lent néanmoins très agréable à suivre. Nous découvrons ce qui constitue la vie d'Alan, ses sentiments après avoir découvert l'accident de sa mère. Son dévouement envers elle en fait un personnage vraiment attendrissant. Et c'est le début du plus long voyage de sa vie. L'action n'est pas vraiment présente et l'aspect psychologique prédomine, conférant au récit une dimension très stressante et angoissante condensée vraiment intéressante. Vivre ou mourir? Le choix est simple, reste à savoir qui tirera le bon numéro....
     Une nouvelle vraiment prenante et palpitante qui mérite donc sa renommée même si je m'attendais à plus d'action et un rythme plus soutenu.

*Petite chansseuse*

     Petite chansseuse, dernière nouvelle de ce recueil, est assez courte mais permet de passer un agréable moment. Ici, pas d'horreur, seulement une femme banale, quelque peu déçue par la vie, qui se prend à rêver de ce que serait une vie plus fortunée et à espérer. Cette nouvelle termine très bien le roman, sur une note sympathique, assez détendue et sans prise de tête.
     Darlene Pullen, femme de ménage dans un hôtel, élève seule ses deux enfants et porte sur ses épaules de lourdes responsabilités. Mais la vie réserve parfois de belles surprises et Darlene se voit parfois offrir un peu d'argent par les clients auxquels elle a au préalable donné de quoi jouer au casino. Mais aujourd'hui, quelqu'un lui a fait une mauvaise blague en lui offrant un unique quarter. Un unique quarter qui pourrait à jamais changer sa vie.
     Ce recueil de nouvelles se termine donc sur une note positive que j'ai appréciée. Si le récit n'a aucune vocation à faire peur, il reste néanmoins très efficace et fait monter la pression avec beaucoup d'habileté. J'ai parfois vraiment eu envie de secouer Darlene, de lui dire d'arrêter, de réfléchir et d'arrêter, elle a réussit à me faire stresser et c'est un point positif selon moi. J'ai beaucoup aimé la façon dont le récit est mené par Stephen King et bien que cela puisse paraître un chouïa répétitif ou encore trop prévisible, j'ai beaucoup aimé la structure du récit avec ses rebondissements et cette incertitude quant à l'avenir des personnages. 
     En somme, une bonne nouvelle sympathique et agréable à lire.

*****

     En conclusion, Tout est fatal est un bon recueil de nouvelles permettant permettant de connaître un large panel d'émotions au cours de notre lecture. Malgré quelques nouvelles vraiment décevantes qui noircissent le tableau, comme Tout ce que vous aimez sera emporté ou Cette impression qui n'a de nom qu'en français, d'autres sont vraiment extrêmement bonnes, comme 1408 ou encore Tout est fatal. Malgré l'inégalité des nouvelles, c'est un recueil très intéressant que nous offre ici Stephen King, permettant aux non-initiés de découvrir mieux cet auteur et aux autres de découvrir de nouvelles facettes de son écriture. J'ai vraiment passé un bon moment avec ce recueil et j'espère qu'il en sera de même pour vous.

Commentaires

  1. Serait-ce un bon moyen pour moi de commencer King en douceur ?

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas ce King, cela n'a pas l'air d'être son meilleur mais je suis curieuse :)

    RépondreSupprimer
  3. Les recueils de Stephen King contiennent souvent des nouvelles très inégales, à part peut-être "Différentes saisons". Je n'ai pas encore lu celui-ci du coup j'ai préféré ne pas lire tes avis sur chaque nouvelle mais ton sentiment général me rassure déjà sur ce recueil.

    RépondreSupprimer
  4. Ta chronique donne vraiment envie de le lire ce recueil. Je suis curieuse. :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci de votre visite :) si je ne réponds pas à tous les commentaires, je les lis tous, alors merci :) et à bientôt :)

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique La dernière étoile, tome 3 de La 5ème Vague de Rick Yancey

Robert Laffont collection R 418 pages 17€90
Résumé: À L'AUBE DE LA 5e VAGUE...
Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu'elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver...
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d'humains qui peuplaient notre planète. Trahis par les Autres, et maintenant par eux-mêmes. En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime: sauver leur peau... ou sauver ce qui les rend humains.
Mon avis: (Attention, La dernière étoile est le troisième et ultime tome de la trilogie La 5ème Vague. Si vous souhaitez éviter tout spoiler concernant les tomes précédents, je vous conseille de lire ma chronique du premier tome La 5ème vague ou ma chronique du deuxième tome La mer infinie.)
18,5/20 Presque un coup de coeur
     La stratégie d'attaque des Autres, pensée depuis de très nombreuse…

Chronique À la vie, à la mort - Twilight réinventé de Stephenie Meyer

Hachette collection Black Moon 792 pages (429 pour À la vie, à la mort / 363 pour l'édition originale de Twilight) 20€99
Résumé: Lorsque Beau Swan emménage dans l'insignifiante bourgade de Fork et rencontre la mystérieuse Edythe Cullen, sa vie prend un tournant tout aussi excitant que terrifiant. Avec sa peau de marbre, ses yeux dorés, sa voix envoûtante et ses dons surnaturels, Edythe est à la fois irrésistible et énigmatique.
Ce que Beau ne sait pas encore, c'est que plus il se rapproche d'elle, plus lui et son entourage sont en danger. Et il se peut qu'il soit trop tard pour faire demi-tour...
Mon avis:
13,5/20

     Beaufort Swan a décidé de retourner habiter chez son père, bien que celui-ci habite dans une petite ville humide du fin fond des États-Unis. C'est donc à Forks qu'il est catapulté, dans une ville si petite que chacun semble y connaitre les secrets de tous les autres habitants. Mais une famille semble cacher encore bien des mystères et fascine …

Chronique Journal d'un vampire tome 11 de L.J.Smith

Hachette Black Moon 306 pages 16€50
Résumé: (Attention le résumé contient des spoilers si vous n'avez pas lu les tomes précédents)
Elena est sur le point de mourir. En vengeant son frère Stefan, Damon a rompu son pacte avec les Sentinelles, qui mettait la vie d'Elena en jeu. Au lieu de la condamner, les Sentinelles lui proposent une seconde chance : revenir au lycée, avant sa rencontre avec les frères Salvatore et la longue suite de mort et de destruction qu'elle a engendrée. Pour sauver sa vie, Elena doit prouver qu'ils peuvent tous trois mener leur propre existence sans provoquer, cette fois, la mort d'un seul être humain. Mais le Damon de cette époque est imprévisible, cruel et dangereux. L'unique solution qui s'offre à Elena, si elle veut épargner des vies, et la sienne en premier lieu, est de renoncer aux Salvatore. Définitivement.

Mon avis:
17/20
     Et voilà, c'est le dernier tome des aventures d'Elena, Damon, Stefan et tous les autres. La fin d…